La Cour de Cassation va-t-elle invalider le barème des indemnités prud'homales?

La Cour de Cassation va peut-être invalider le fameux barème des indemnités prud'homales. Nous sommes tous suspendus aux lèvres des magistrats de la plus éminente juridiction française.

La Cour de Cassation va peut-être invalider le fameux barème des indemnités prud'homales. Nous sommes tous suspendus aux lèvres des magistrats de la plus éminente juridiction française car mine de rien, l'invalidation d'une telle mesure qui est la pierre angulaire de la politique du gouvernement donnerait beaucoup d'espoir aux salariés bafoués dans leurs droits. Et des salariés bafoués dans leurs droits en ces temps de fortes turbulences sociales, il y en à profusion.

Ce barème inciterait les employeurs, nous dit-on, à embaucher. Comme le CICE dont les vertus économiques nous ont été vantée matin, midi et soir. Résultat : un coût exorbitant pour les finances publiques et des embauches ridiculement faibles. S'il n'est pas démontré qu'un tel dispositif va augmenter les embauches, on est au moins sûr que la validation de celui-ci va renforcer les pouvoirs des employeurs qui se sentiront pousser des ailes face à leurs salariés. Ces derniers étant déjà bien malmenés dans beaucoup d'entreprises. Hier France Telecom, aujourd'hui la SNCF, La Poste et bien d'autres.

Les indemnités prud'homales sont parfois le seul moyen de rendre la dignité à des salariés qui ont été traités par le mépris et in fine licenciés selon des procédures totalement hors des clous du code du travail. Les plafonner serait la négation même du préjudice moral subi par les salariés qui se font licencier sans raison apparente. Un licenciement est toujours un traumatisme aux sequelles psychologique irréversibles. Alors qu'en est-il du licenciement sans cause réelle ni sérieuse?

C'est donc une occasion importante pour la justice de redorer son blason ou en tout cas de revendiquer un semblant d'indépendance. Une indépendance qui est factuellement de plus en plus contestable notamment lorsqu'on voit toutes ces condamnations expéditives des gilets jaunes et les centaines de plaintes déposées contre les policiers-bourreaux classées sans suite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.