Comment peut-il tenir encore trois ans?

Les résultats économiques désastreux, un bilan écologique calamiteux, un modèle social nivellé par le bas, un popularité au ras des pâquerettes, une fiscalité des plus injustes ce à quoi il faut ajouter des déclarations à l'emporte-pièce dont la dernière en date est "le maréchal Pétain a été un grand soldat".

Les résultats économiques désastreux, un bilan écologique calamiteux, un modèle social nivellé par le bas, une popularité au ras des pâquerettes, une fiscalité des plus injustes ce à quoi il faut ajouter des déclarations à l'emporte-pièce dont la dernière en date est "le maréchal Pétain a été un grand soldat".

Traversez la rue pour trouver du travail, affirmer faussement que les salariées de Gad sont analphabètes ou que le meilleur moyen de se payer un costard, c'est de travailler, passe encore. Mais élever le maréchal Petain au rang de grand soldat aussi ouvertement quand on sait ce que fut son histoire, c'est à peine croyable. En même temps, celui qui malmène les pauvres, le modèle social français que le monde entier nous envie en choyant les privilégiés par des avantages fiscaux en pagaille, on ne s'étonne qu'à moitié lorsqu'on l'entend dire en pleine rue, face caméras des inepties pareilles.

Tout le monde sait le rôle déterminant du maréchal Pétain pendant la Grande Guerre. Nul besoin de nous faire un cours d'histoire soporifique. Mais la funeste fin de la carrière politique du maréchal Petain est si indigne qu'on imagine mal ou pas l'effroie qu'ont ressenti les familles des juifs déportés pendant la seconde guerre mondiale. Cette itinérance memorielle censée durer quelques jours ressemble à un chemin de croix pour le plus jeune président de la Veme République.
La fonction présidentielle est piétinée par les citoyens qui n'hésitent plus à invectiver le président dans la rue et pour cause, ce quinquennat est un quinquennat de guerre et d'injustice contre ceux que son prédécesseur appelait les sans dents ou les riens selon l'expression du président actuel.

Et si on met en perspective cette contestation populaire, il est permis de penser que le 17 novembre va être un journée particulièrement surveillée et dont le denouement préoccupe au plus haut point l'exécutif. Sa crédibilité et son intégrité morale sont déjà bien entachées alors que nous ne sommes même pas à mi-mandat et les privilèges occultes accordés au célèbre Benalla, les nominations arbitraires de repris de justice à des postes prestigieux et son comportement dispendieux avec l'argent public pour des caprices de monarque n'arrangent rien.

On voit mal comment un homme autant contesté par son propre peuple peut tenir encore trois ans dans de telles conditions sauf à faire des lois sur mesure pour museler la presse et les réseaux sociaux. Ça tombe bien la loi sur le secret des affaires et la loi sur les fake news sont là pour permettre à Emmanuel Macron de tenir le navire France jusqu'à son naufrage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.