François de Rugy préfère l'opulence à la décence

L'affaire de Rugy nous rappelle que la France compte un nombre effrayant de Cahuzac sur son territoire. À l'Assemblée Nationale, au cabinet de ministère de l'Ecologie et ailleurs.

L'affaire de Rugy nous rappelle que la France compte un nombre effrayant de Cahuzac sur son territoire. À l'Assemblée Nationale, au cabinet de ministère de l'Ecologie et ailleurs.

Des donneurs de leçons de morale en toutes circonstances mais des leçons de morale que les intéressés ont décidément bien du mal à s'appliquer à eux-mêmes. C'est le même refrain qui tourne en boucle en France avec ces mêmes goujats de la République qui se gavent jusqu'à la nausée sans se soucier de l'image dévastatrice que les pratiques révélées par Fabrice Arfi ont sur la politique. Personne n'est dupe, tout le monde sait que les deniers publics continuent d'être dilapidés à pertes et profits par le personnel politique alors que ces mêmes personnes serrent la vis partout.

Chômeurs, retraités, étudiants et bénéficiaires d'allocations sociales. Tous sont mis à contribution pour redresser les finances publiques alors que le ministre de l'Ecologie a à coeur de faire vivre son épouse "bling bling" la folie des grandeurs sur le dos des derniers contribuables qui restent. Ceux qui ne peuvent pas dissimuler leur fortune au Lichtenstein, en Suisse, au Panama ou ailleurs. C'etait donc ça "notre projet", "le nouveau monde", "l'exemplarité, la "transparence". Des mots prononcés mais laissés sur le bas côté pour mener une vie où l'éthique et la déontologie sont réservés toujours aux mêmes.

Les gilets jaunes qui ont du mal à remplir leur frigo seront donc priés de garder le silence lorsqu'ils apprendront que François de Rugy qui ne brille pas par sa loyauté politique vit en plein rêve éveillé grâce à leur misère.

Enfin heureusement que ce type de révélations ne surprend plus personne. La jurisprudence Cahuzac est toujours dans la mémoire collective ce qui explique aussi pourquoi la parole publique est définitivement démonetisée et le cas De Rugy alimente encore un peu plus le rejet de la Macronie qu'on voudrait nous faire aimer à coup de sondages toujours aussi déconnectés de la réalité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.