Assurance-chômage: des milliers de chômeurs sans ressources dès la fin du mois

Plus que quelques jours avant que les chomeurs ne comprennent vraiment la réforme de l'assurance-chômage. La fin du mois de novembre réserve une surprise de taille aux inscrits à Pôle Emploi.

Plus que quelques jours avant que les chomeurs ne comprennent vraiment la réforme de l'assurance-chômage. La fin du mois de novembre réserve une surprise de taille aux inscrits à Pôle Emploi. Le virement qu'ils vont percevoir de l'assurance-chômage à la fin du mois va signer la banqueroute financière et sociale de plusieurs centaines de milliers de chômeurs.

Entre ceux qui vont voir leur allocation fondre comme neige au soleil et ceux qui vont se retrouver sans un sous, il y a de quoi paniquer. Ne restera plus pour ces riens qu'à mettre un sac à dos Deliveroo ou Just Eat et à courir partout livrer des plats à 2,50 euros la course. Quel avenir radieux!

Le marché du travail est dynamique selon la ministre du Travail d'où le durcissement des nouvelles règles d'indemnisation de Pôle Emploi. Dynamique mais précaire. Un mot qu'elle a sans doute du oublier en décrivant ce même marché du travail. Ces emplois vacants pour bon nombre d'entre-eux vont donc sortir tous ces chômeurs de la précarité pour les faire sombrer dans...l'extrême précarité. Des milliers de chômeurs risquent donc de ne pas comprendre le montant qu'ils vont percevoir de Pôle Emploi à la fin du mois de novembre et pour mieux juguler le flux de chômeurs qui vont se retrouver dans une situation socialement explosive, le gouvernement à tout prévu. Des vigiles en plus. Voilà la réponse du gouvernement au stress des chômeurs qui vont venir grossir les rangs des très pauvres.

Alors que le Secours Catholique s'inquiète dans son dernier rapport rendu public le 7 novembre de ne plus pouvoir faire face à la demande croissante de rations alimentaires, l'association caritative va vraisemblablement être prise d'assaut incessamment sous peu.

Y-a-t-il pire manière de célébrer le premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes? Pas sûr avec Emmanuel Macron comme président car les réformes que ce quinquennat nous réserve ont bien l'ambition affichée de repousser encore plus loin les limites de cet égoïsme sanguinaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.