Jean-Paul Delevoye a "oublié" de déclarer ses liens avec le secteur de l'assurance

Quel malheureux oublie! Jean-Paul Delevoye a omis de déclarer ses liens avec le monde de l'assurance. Le haut- commissaire aux retraites est en effet administrateur de l'IFPASS, l'institution de formation de la profession de l'assurance. Comme son nom l'indique, cet institut forme les futurs professionnels aux métiers de l'assurance.

Quel malheureux oublie! Jean-Paul Delevoye a omis de déclarer ses liens avec le monde de l'assurance. Le haut-
commissaire aux retraites est en effet administrateur de l'IFPASS, l'institution de formation de la profession de l'assurance. Comme son nom l'indique, cet institut forme les futurs professionnels aux métiers de l'assurance.

Oublie ou dissimulation? La question reste entière pour ceux qui veulent croire en la bonne foi de Jean-Paul Delevoye. Une bonne foi toutefois difficile à mettre au crédit de l'intéressé car le conflit d'intérêt est patent.

En effet, la réforme va incontestablement fragiliser les futurs retraités par des baisses de pensions et une hausse de la durée de cotisations ce qui pourrait, selon un scénario bien ficelé, contraindre les salariés à se tourner vers des produits financiers pour bonifier leur future retraite.
Un système de retraite par capitalisation qui prendrait donc le pas sur le système actuel par répartition et Jean-Paul Delevoye fait donc mine de ne pas avoir remarqué la scandaleuse incompatibilité entre son poste de pilote de la réforme des retraites et sa fonction d'administrateur au sein de cet institut de formations aux métiers de l'assurance.

Le commun des mortels lui voit bien le hold up historique tenté par cet homme qui cumule retraites et salaires indécents et pour qui toucher une retraite de 1500 euros à 55 ans est un privilège. De l'aveu même d'un dirigeant de l'IFPASS, il reconnaît qu'il est intéressé par la réforme Delevoye au même titre que le directeur de l'AG2R La Mondiale, qui dit carrément que la réforme Delevoye "ouvre des perspectives". Plus besoin d'aller plus loin dans l'analyse grâce à de telles déclarations. Ce nouveau membre du gouvernement, par ses liens avec le secteur de grandes institutions financières, aurait donc préparé une réforme des retraites sur mesure pour un secteur dans lequel il œuvre depuis plusieurs années.

Un scandale de plus ou de moins dans ce quinquennat ne changera pas l'opinion déjà désastreuse qu'ont les Français sur ce président et dont tout porte à croire qu'il a fait allégeance aux puissances d'argent. Il permet simplement de comprendre encore mieux cette stratégie d'appauvrissement du peuple au bénéfice des multinationales dont la cupidité est sans limite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.