Face à la calomnie, notre collègue RATP du bus 60 porte plainte

On sait désormais que cette histoire de jupe trop courte récitée merveilleusement par Kamel Bencheikh n'était qu'affabulation pure et simple. Les populistes et rascistes qui ont l'islam en horreur ont vu dans ce récit une occasion inespérée de déverser une nième fois leur haine sur une communauté qui ne demande qu'à vivre en paix.

On sait désormais que cette histoire de jupe trop courte récitée merveilleusement par Kamel Bencheikh n'était qu'affabulation pure et simple. Les populistes et rascistes qui ont l'islam en horreur ont vu dans ce récit une occasion inespérée de déverser une nième fois leur haine sur une communauté qui ne demande qu'à vivre en paix.

Le père de la dite victime interdite de monter dans le bus à cause de sa jupe trop courte a revendiqué ouvertement sa détestation de l'islam sur les réseaux sociaux mais ça n'a pas empêché les procureurs d'un soir de fustiger sans discernement ce machiniste de la ligne 60 qui a visiblement fait son travail de la façon la plus professionnelle possible. La version du père étant si bancale et si invraisemblable qu'il a finalement renoncé à porter plainte contrairement à sa déclaration initiale où il envisageait de porter l'affaire en justice. Et pour cause. Cela aurait permis de réquisitionner les caméras de la voirie qui auraient démontré sans détour le caractère mensonger des déclarations de ce monsieur dont le but ultime était simplement de jeter l'opprobre sur notre collègue.

Ce dernier souffre d'avoir fait la une de l'actualité nationale et quand on entend tout ce qui a pu se dire sur les plateaux et les ondes, on comprend pourquoi. La fachosphère a pu s'exprimer sans modération aucune. L'islamophobie en roue libre et une vindicte populaire qui frappe toute une profession alors que les conducteurs de bus se démènent chaque jour en transportant des millions de voyageurs chaque jour en toute sécurité et avec tout le confort possible pour apporter satisfaction au plus grand nombre. Je ne peux m'empêcher de penser à mon collègue, à sa famille traînés dans la boue de la calomnie alors que ce professionnel de la route a été exemplaire durant toute sa carrière.

Espérons que l'institution judicaire lui rendra son honneur par un verdict qui dissuadera les prochains affabulateurs de salir la réputation professionnelle et morale des chauffeurs RATP alors que la grandeur du réseau de cette entreprise ne brille que grâce au dévouement et à l'abnégation de ses agents.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.