Media TV : Sophia Chikirou escroc déguisée en femme de gauche

Media tv traverse une zone de fortes turbulences et l'enquête réalisée par Mediapart n'est pas de nature à calmer le jeu eu sein du média alternatif. Les problèmes d'ego semblent avoir pris le pas sur l'idée d'un destin et d'une cause commune qu'est l'humain au coeur d'un traitement juste et équilibré de l'information.

Media tv traverse une zone de fortes turbulences et l'enquête réalisée par Mediapart n'est pas de nature à calmer le jeu eu sein du média alternatif. Les problèmes d'ego semblent avoir pris le pas sur l'idée d'un destin et d'une cause commune qu'est l'humain au coeur d'un traitement juste et équilibré de l'information. Les protagonistes aux manettes de ce média semblent découvrir qu'un média se gère comme une entreprise et qu'être de gauche ou de droite, l'argent reste bien le nerf de la guerre ce qui donne à penser que le casting choisi pour diriger les affaires de ce projet est très approximatif.

Quant à Sophia Chikirou qui se rémunère généreusement tout en étant soit disant "bénévole", ça m'a fait doucement rigoler et pour tout dire, ça m'a fait penser furtivement au pognon de dingue de Macron. Enfin quand même, pour une militante PS qui finit à l'extrême gauche, refuser de travailler gracieusement au service d'une cause ô combien honorable mais en plus facturer ses prestations pour un média qu'elle sait coopératif à des niveaux qui frisent le scandale, c'est fort de café!

En tout cas, bien triste cette histoire où des socios croient en une idée noble et révolutionnaire, contribuent à son financement et apprennent que sa présidente fait appel à un prestataire qui n'est autre que sa propre société pour se verser au bout de la chaîne un joli salaire. FI est visiblement sur une jonction d'autoroute qui va la ramener sur la belle autoroute LREM-LR-PS-FN.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.