Appel aux gilets jaunes à manifester dans la capitale

Ceci est un appel solennel pour tous les gilets jaunes de toute la France. J'appelle chaque gilet jaune à manifester sa présence dans la capitale.

Ceci est un appel solennel pour tous les gilets jaunes de toute la France. J'appelle chaque gilet jaune à manifester sa présence dans la capitale.

Il est impératif que ce mouvement prenne ce samedi qui vient l'expression d'une marée humaine. Une marée humaine populaire pour dénoncer ce système politique et économique qui nous asservit un peu plus chaque jour. Les annonces d'Emmanuel Macron ne peuvent en aucun cas répondre aux attentes bien plus profondes de tout un peuple qui se fait voler sa démocratie, ses élections, son argent et son avenir. Le référendum d'initiative citoyenne est la seule alternative que les gilets jaunes donnent au président de la République avec à la clé sa démission. Son allocution dépeinte d'une insincèrite et d'une hypocrisie manifestes n'arriveront pas à dissimuler son mépris affiché et répété envers les gens modestes, les oubliés, les précaires de ce pays.

Les 100 euros d'augmentation du smic dont une partie se fera par le dispositif de la prime d'activité ainsi que la suppression de la hausse de la csg pour les retraites inférieures à 2000 euros donnent l'image d'un néant abyssal face à la précarité et à l'extrême pauvreté qui gagnent du terrain chaque jour. Les chômeurs, handicapés, classes moyennes au dessus du smic et j'en passe sont aujourd'hui les oubliés de la république. Le président de la République a d'ailleurs rappelé lors de son allocution que la réforme des retraites et de l'assurance chômage font toujours partie de ses projets funèbres pour notre pays. La fin du système de retraite par répartition au profit d'une retraite par point, des indemnités chômage dégressives et ramenées à un niveau qui réduirait les chomeurs d'aujourd'hui et de demain à une condition d'extrême pauvreté sont inacceptables.

Les régressions sociales allant de la baisse des APL pour les étudiants au saccage du droit du travail en passant par la suppression du statut des cheminots ont fini de convaincre les gilets jaunes que 3 ans de présidence Macron achèveront irréversiblement le modèle social français.
Le silence assourdissant du président sur la réduction du train de vie de l'Etat, des indemnités indécentes des parlementaires, des ministres et l'absence d'un plan concret contre l'évasion fiscale démontrent là encore que les revendications des gilets jaunes sont à mille lieux des réponses apportées par Emmanuel Macron.

Pour toutes ces raisons, je demande que les gilets jaunes ne baissent pas la garde et maintiennent la mobilisation dans la capitale. Je demande également que les gilets jaunes portent un brassard noir en signe de solidarité aux familles endeuillées par l'attentat de Strasbourg. Notre tristesse est immense face à cette tragédie. En revanche les gilets jaunes ne sauraient être la variable d'ajustement de la lutte contre le terrorisme. Des fichés S qui se baladent libre comme l'air avec de longs casiers judiciaires et des gilets jaunes qui écopent de peines de prison ferme ou avec sursis pour détention de lunettes ou de masques de protection. Voilà la réalité sécuritaire de notre pays qui n'a plus rien de sécuritaire. C'est situation ubuesque dans laquelle nous nous trouvons et qui explique très bien pourquoi les attentats deviennent aisément possibles dans notre pays.

Chers amis, je vous donne donc rendez-vous ce samedi dans la capitale de bonne heure pour lutter contre ce despotisme qui ne dit pas son nom. Sans haine ni violence ni casse pour donner à notre lutte la légitimité qu'elle mérite tant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.