L'Aquarius obligé d'arrêter ses opérations de sauvetage, chantons l'hymne à la joie

L'Aquarius est sommé par le gouvernement de Gibralatar d'arrêter ses opérations de sauvetage en mer Méditerranée. Et la raison elle, est d'une vacuité sidérale : le bateau est enregistré en tant que bateau de recherche et non en tant que bateau de sauvetage.

L'Aquarius est sommé par le gouvernement de Gibralatar d'arrêter ses opérations de sauvetage en mer Méditerranée. Et la raison elle, est d'une vacuité sidérale : le bateau est enregistré en tant que bateau de recherche et non en tant que bateau de sauvetage. On aurait envie de répondre bêtement qu'il suffirait de l'enregistrer alors en tant que bateau de sauvetage puisque que faire du sauvetage ou de la recherche, la nuance n'est pas si limpide que cela.

En réalité, la raison est plus claire que cela : l'Europe est excédée de voir ce flux ininterrompu de migrants africains arriver sur ses côtes et qu'elle ne sait pas à qui refourguer. L'Italie et la France sont au bord de la crise diplomatique. Et le reste de l'Europe observe ces navires sans qu'aucun pays ne se propose d'en accueillir. Mais une question se pose dans ce cas : comme les embarcations de fortune vont vraisemblablement continuer de naviguer dans les eaux troubles de cette mer martyre et vont, pour beaucoup d'entre elles chavirer, que fait-on pour elles? La réponse est simple : RIEN! L'idée est simplement de dissuader les candidats à l'immigration fût-ce au prix de pertes humaines importantes.

La méditerranée regorge déjà d'âmes innocentes perdues parce que l'Europe au rang desquels la France en première ligne a refusé de porter secours à des centaines d'embarcations en situation de détresse et nous continuons cette épopée meurtrière pour le grand bien de nos consciences. Allé chantons en choeur l'hymne à la joie!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.