Arnaud, un gréviste RATP, toujours en détention après 48 heure de garde à vue

Nous apprenons qu'un de nos camarades Arnaud, un gréviste du centre bus RATP de Croix Nivert est placé sous le régime de la garde à vue depuis 48 heures. Et le procureur a fait ce jour le choix de recourir à une procédure dérogatoire pour maintenir notre camarade en détention jusqu'à demain.

Nous apprenons qu'un de nos camarades Arnaud, un gréviste du centre bus RATP de Croix Nivert est placé sous le régime de la garde à vue depuis 48 heures. Il est accusé d'outrage et rébellion contre un fonctionnaire dépositaire de l'autorité publique.

Et le procureur a fait ce jour le choix de recourir à une procédure dérogatoire pour maintenir notre camarade en détention jusqu'à demain en vue d'une probable comparution immédiate.

Arnaud est le manifestant dont la vidéo a fait le tour de la toile, il a en effet tenté de sauver l'infirmière qui a été interpellée par les forces de l'ordre sans raison et avec une violence inouïe en marge de la manifestation du 9 janvier. Son geste héroïque lui a valu plusieurs coups de matraques assénés par un CRS et qui lui ont causé un traumatisme crânien.

La criminalisation du combat militant et de la contestation populaire ne sont donc plus un mythe mais une triste réalité avérée, documentée et très largement commentée sur tous les canaux de communication. La justice semble donc prête à réciter la leçon dictée par la bourgeoisie et les puissances d'argent. La grève est une arme redoutable pour arrêter les sombres desseins de ce capitalisme sanguinaire et l'oligarchie politico-financière a bien compris le risque de laisser perdurer un mouvement à la longévité record.

Arnaud va donc vraisemblablement être la première victime collatérale de cette grève historique alors que, rappelons-le, ce gréviste et militant de la première heure n'a fait que s'interposer pour extraire une infirmière d'une interpellation arbitraire et dont les conséquences auraient pu être graves et irréversibles pour la jeune femme. Dans un contexte social explosif et des violences policières qui ne peuvent plus être ignorées, il ne fait aucun doute que la justice, étant donné le maintien en détention d'Arnaud, envisage de faire un exemple de notre camarade pour casser la détermination des grévistes. Des grévistes dont la conscience de classe se renforce au fur et à mesure que le gouvernement exécute merveilleusement la feuille de route d'une caste d'intouchables.

La lutte du prolétariat contre un gouvernement et des institutions faites sur mesures pour protéger les intérêts d'une minorité est en marche et cette grève qui laissera des traces indélébiles dans la conscience collective a définitivement lancé la machine de la révolution. Posséder les médias, les banques, les industries et le pouvoir politique ne suffira pas à maintenir une cocotte minute sous une pression dont le niveau est déjà à son maximum.

Arnaud, un gréviste qui reste digne dans l'adversité sera soutenu jusqu'au bout par les siens et parce que l'histoire n'est jamais écrite, il serait judicieux et même salutaire que cet organe qui prétend "rendre la justice au nom du peuple français" prononce un verdict réellement impartial car la guerre civile n'est jamais très loin dans un pays où cohabitent la misère et l'abondance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.