Le pays de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme n'est plus

C'est encore un triste jour pour la France, son histoire, la Révolution Française, ses combats pour les libertés si chèrement acquises. Ce samedi 15 mai aura été le jour de la liberté de manifester bradée, bafouée piétinée.

C'est encore un triste jour pour la France, son histoire, la Révolution Française et ses combats pour les libertés si chèrement acquises. Ce samedi 15 mai aura été le jour de la liberté de manifester bradée, bafouée, piétinée.

Dire haut et fort le soutien des Indignés au peuple palestinien leur a été confisqué par des policiers qui ont empêché ces hommes et femmes empreints de conscience et d'humanisme de défiler pacifiquement. Le pays de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme n'est plus. Et pour cause, canons à eau, gaz lacrymogènes, charges violentes ont été les seules réponses apportées par le gouvernement aux manifestants révoltés par l'injustice de la colonisation qui frappe les Palestiniens depuis tant d'années. Bienvenue en Macronie! On savait ce régime inique mais ce samedi 15 mai aura été l'occasion de rappeler encore une fois que les libertés fondamentales reculent en France. Les manifestants ont été nassés, privés de circuler librement comme le garantit pourtant la constitution française. Mais certaines causes sont visiblement plus "acceptables" ou plus "nobles" que d'autres et c'est le Ministre de l'Intérieur, accusé de viol soit dit en passant, qui décrète les "bonnes et les mauvaises" causes.

En affirmant éhontément que cette manifestation allait être le déversoir d'un antisémitisme, Gérald Darmanin a insulté tous ces Indignés par l'oppression et la violence d'une puissance colonisatrice. Rien de plus. Mais vu que critiquer Israël devient aujourd'hui l'équivalent d'un supposé antisémitisme qui trouve son fondement uniquement dans le fantasme le plus délirant des auteurs de ce raccourci intellectuel, nous nous retrouvons dans l'impossibilité de dire tout le mal que nous pensons du Premier Ministre israélien et de sa politique sanginaire. C'est Vladimir Poutine qui se gausse en ce moment de voir Emmanuel Macron malmener les manifestants de son propre pays alors qu'il s'effarouchait encore il y a peu face au traitement inhumain réservé à son principal opposant Alexeï Navalny dans les geôles russes.

Le plus jeune président de l'histoire de France est en train de conduire son peuple à deux siècles de retour en arrière pour laisser une démocratie en ruine et ce samedi 15 mai 2021 sera lui aussi le révélateur de cette démocratie naufragée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.