L'Etat va proposer des CDD pouvant aller jusqu'à 6 ans, un coup de canif au CDI

Le gouvernement n'est jamais à cours d'idées pour précariser le marché de l'emploi et il nous en apporte encore la preuve aujourd'hui. Le plan de relance commence à prendre forme et autant dire qu'il ne se conjuguera pas avec le progrès social.

Le gouvernement n'est jamais à cours d'idées pour précariser le marché de l'emploi et il nous en apporte encore la preuve aujourd'hui. Le plan de relance commence à prendre forme et autant dire qu'il ne se conjuguera pas avec le progrès social. L'Etat va en effet proposer des contrats à durée déterminée pouvant aller jusqu'à 6 ans. L'Etat ajoute donc de la précarité à de la précarité existante.

Le CDD n'offre déjà qu'un sursis aux travailleurs qui souvent nourrissent l'espoir d'être embauchés en CDI au terme de leur CDD. Avec une telle mesure, l'État ferme donc la porte à toute pérennisation de l'emploi là où il y a pourtant besoin d'une sécurité professionnelle pour se loger, s'émanciper socialement et fonder une famille. Des préoccupations aux antipodes du macronisme qui propose là une simple rustine censée juguler l'explosion du chômage. On savait que ce mandat n'était pas fait pour les petites gens qui ont pourtant tout donné pendant cette crise sanitaire et dont le caractère indispensable a été abondement démontré. Le CDD de 6 ans signe peut-être la fin du CDI et à terme le démantèlement programmé du statut de la fonction publique. Bref tout un programme pour la rentrée!

Les jours heureux s'éloignent un peu plus et condamne la classe des travailleurs à un avenir plus qu'incertain au profit d'un patronat offensif comme jamais en poussant vers un marché du travail flexible à souhait. Une flexibilité subie par tous ces précaires et chômeurs qui n'aurons pas d'autres choix que d'accepter ce qu'on leur propose.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.