Un grand débat national pour un grand écran de fumée

Grand débat national. C'est la nouvelle invention du président le plus impopulaire de la Vème république pour apprivoiser son peuple devenu indomptable.

Grand débat national. C'est la nouvelle invention du président le plus impopulaire de la Vème république pour apprivoiser son peuple devenu indomptable.

Pas de questions interdites nous dit-il dans son courrier adressé aux Francais en excluant dans le même temps la possibilité de rétablir l'ISF. Drôle de façon de poser les jalons d'un débat voulu ouvert et sans tabous. Ajoutons que les conclusions de ce supposé débat seront établies et synthétisées directement par les services de l'Elysée. Ce même pouvoir qui a traité son peuple avec tyrannie serait soudainement à l'écoute de ses aspirations démocratiques alors que ce dernier porte encore les stigmates de cette répression policière jamais vue depuis des décennies.

Comment croire ce président alors qu'il n'a jamais daigné appelé les contestataires par leur nom: les gilets jaunes. Pas un mot d'excuse. Pas une seule visite à un mutilé de ces manifestations. Les Francais qui ont un sens aigu de la politique comprennent très bien que derrière cette initiative d'une inconséquence aussi risible que visible est un moyen de canaliser la colère populaire. Ce grand débat qui n'a de grand que l'imposture qu'il représente serait donc un exutoire pour permettre au peuple de vider son sac et rien de plus. Pour ce qui est d'un changement de paradigme économique, de la prise en compte du paramètre environnemental et du passage à une VIeme république avec le RIC, il faudra repasser.

Les gilets jaunes développent au fil des jours une détestation croissante à l'égard de ce pouvoir mais notre banquier rothschildien croit encore pouvoir redresser la trajectoire d'un navire déjà condamné. C'est là une fois de plus le signe que ce président n'a pas pris la mesure de la déflagration politique et sociale qui s'est produite dans notre pays. Les images de mains arrachées, de femmes éborgnées, de visages défigurés resteront dans la mémoire collective comme les marqueurs indélébiles de cette politique faite par et pour les riches et ce n'est pas un débat biaisé par deux organisateurs à l'impartialité douteuse qui va convaincre les Français du bien fondé d'une telle démarche.

La majorité des Francais en tout cas ne s'y trompe pas car le mal causé est irréversible et seul le départ d'Emmanuel Macron pourra redonner l'espoir à tout un peuple qu'il peut reprendre son destin en main.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.