Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

450 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Quand la pyramide du Louvre devient un sujet de discorde

La direction du Louvre a demandé à Marine Le Pen de retirer sa vidéo où elle réalise un clip à côté de la pyramide du musée français.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La direction du Louvre a demandé à Marine Le Pen de retirer sa vidéo où elle réalise un clip à côté de la pyramide du musée français.
La direction du Louvre se politise sans complexe. Étrange que la vidéo de Marine Le Pen dérange juste parce qu'elle est filmée avec en arrière-plan ce joyau architectural alors que le discours d'Emmanuel Macron le soir de sa victoire aux élections présidentielles en 2017 où apparaissait très clairement cette même pyramide n'a jamais fait l'objet d'une telle polémique. Là aucune mise en garde contre l'équipe du nouveau président montrant bien que certaines de nos institutions politiques et culturelles sont en proie à une instrumentalisation de plus en plus intensive. La direction du Louvre assume par son injonction à Marine Le Pen son orientation politique alors que "le Louvre appartient à l'ensemble des Français" selon les propres termes du service de communication du musée.
La volonté d'interdire le symbole que représente cette pyramide vitrée aux uns et de l'autoriser à d'autres ne fait aucun doute et tout cela en fonction du bord politique de chacun. On peut donc parler d'une discrimination politique manifeste car même si Marine Le Pen n'est pas une démocrate ni issue d'une grande école de tolérance, il convient de rappeler que les symboles de la France appartiennent justement à tous. L'Arc de Triomphe, le Panthéon, Notre Dame, l'Arche de la Défense sont tous autant de symbole de l'excellence française et il ne viendrait à personne l'idée d'empêcher un(e) candidat(e) à la magistrature suprême une séquence vidéo filmée avec un de ces joyaux qui font encore la merveilleuse réputation internationale de la France.

Nous apprenions dans l'édition du 15 janvier que la numéro deux de la Sécu travaillait à l'élaboration du programme d'Emmanuel Macron. Plus qu'une institution, c'est carrément un des piliers du Conseil Nationale de la Résistance qu'on devoye de sa vraie vocation. La Sécu donc aussi se politise et c'est ainsi que de plus en plus d'administrations, d'organes de gestion publique censés restés neutres et même au delà de tout soupçon d'affiliation politique mélangent sans complexe leur fonction pour laquelle ils sont grassement rémunérés et leur militantisme politique. On accueilliera donc l'effarouchement du directeur du Louvre avec sourire et étonnement de ne pas avoir relevé la même séquence vidéo d'Emmanuel Macron en 2017.

La France devient décidément un pays où tout se juge selon des critères à géométrie variable. Un deux poids deux mesures qui se répand partout dans notre société à la faveur des possédants et des détenteurs de tous ces pouvoirs discrétionnaires qui font et défont les CV de tous les "serviteurs de l'Etat" imbibés d'un carriérisme vertigineux au grand dam de l'intérêt général.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena