Réponse au billet "Lettre ouverte à Mediapart"

Un billet intitulé "Lettre ouverte à Mediapart" a visiblement connu un grand succès. L'auteur se plaint en effet de faire l'objet d'une cabale intellectuelle lancée par la modération du journal en ligne.

Un billet intitulé "Lettre ouverte à Mediapart" a visiblement connu un grand succès. L'auteur se plaint en effet de faire l'objet d'une cabale intellectuelle lancée par la modération du journal en ligne. Cornichonjoufflu, c'est son pseudo, (ce n'est pas une plaisanterie) accuse en effet ceux qui veillent au bon déroulement du club de dépublier des commentaires sous l'effet de la censure des idées.

Heureusement que toutes les idées ne peuvent et ne doivent pas s'exprimer dans cet espace participatif. Les idées fascistes ou fascisantes, islamophobes et plus généralement intolérantes ne doivent pas pouvoir publier une seule ligne dans les colonnes du club de Mediapart. Le pluralisme des idées, oui mais se servir du pluralisme pour véhiculer des idées qui s'éloigneraient de l'ADN philosophique de Mediapart, certainement pas! Mediapart reste un des rares médias, et il faut s'en réjouir, qui porte haut les valeurs du journalisme et de l'analyse. L'espace médiatique (télévision, presse, magazines et médias en ligne confondus) est massivement dominé par une ligne dure, droitière et xénophobe qui ne s'embarrasse pas de nuances ni d'aucune forme de complexité. On pourrait citer Cnews et BFMTV, des chaînes d'information mainstream qui se font l'écho en continu des thèses racistes et parfois même suprémacistes. Une véritable aubaine pour Marine Le Pen. Les idées qui s'y expriment sans aucune retenue sont toxiques et nous emmènent droit vers une catastrophe civilisationnelle certaine.

Or, Mediapart est un des derniers espaces qui nous offre encore de l'air respirable en France et j'espère que la rédaction ne cédera pas au chantage de quelques uns sous couvert de liberté d'expression. La formule triviale disant que la liberté de l'un s'arrête là où celle de l'autre commence est d'une actualité brûlante surtout quand on entend les débats survoltés méprisant les sensibilités et les susceptibilités des musulmans, des noirs et de toutes les minorités visibles ou invisibles.

Le mot islamo-gauchiste, pour reprendre l'exemple du billet en question, a en effet été dépublié car ce terme "ne correspond à aucune réalité scientifique" selon les propres termes du CNRS dont la tribune est consultable ici. Petit rappel utile : c'est Frédérique Vidal, de part sa positon en tant que Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation qui a donné le LA aux débats sur l'islamo-gauchisme avec toutes les dérives et les excès que nous connaissons aujourd'hui. Un ballon d'essai qui l'a profondément isolée au sein de la communauté scientifique et qui a d'ailleurs failli lui coûter son poste.

On devine alors que l'ambition à peine voilée de certains blogueurs mediapartiens serait de devenir la caisse de résonance médiatique de la macronie, qui elle-même glisse dangereusement vers un discours d'extrême-droite auquel cas on ne peut que les inviter à créer leur blog à Valeurs Actuelles, Minute ou Atlantico. Des journaux qui les accueilleront avec tous les honneurs pour y publier des tribunes enflammées dans le sillage de celle signée par plusieurs militaires craignant pour la France un destin ombrageux du au Grand Remplacement et à un islam conquérant. Rien que ça!


Si telles sont les thèses que veulent défendre l'auteur ainsi que les signataires de ce billet, il est heureux alors que la modération ait montré porte close. Ne confondez pas pluralisme des idées et intrusion d'idées incompatibles avec le corpus idéologique du journal qui vous accueille.

Bien à vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.