L'islamophobie en roue libre

Les séquences islamophobes passent et se ressemblent et surtout ne s'arrêtent plus. Entre Eric Zemmour qui compare l'islam nazisme, Christophe Castaner qui liste les "signes" de radicalisation, Jean-Michel Blanquer qui dit que le voile n'est pas souhaitable dans notre société et un élu RN qui met à la porte d'un conseil municipal une femme accompagnatrice parce que voilée.

Les séquences islamophobes passent et se ressemblent et surtout ne s'arrêtent plus. Entre Eric Zemmour qui compare l'islam au nazisme, Christophe Castaner qui liste les "signes" de radicalisation, Jean-Michel Blanquer qui dit que le voile n'est pas souhaitable dans notre société et un élu RN qui met à la porte d'un conseil municipal une femme accompagnatrice parce que voilée, le rascisme contre les musulmans et plus particulièrement contre les femmes voilées trouve des portes-voix au sein de toutes les couches de la société.


La stigmatisation des femmes voilées ne finit plus de repousser les limites de l'inacceptable dans l'indifférence générale. La parole rasciste trouve preneur sur toutes les ondes même la plus acerbe. La condamnation judicaire pour incitation à la haine religieuse est érigée comme un trophée par le célèbre polémiste Eric Zemmour qui a débarqué sur CNews provoquant la défiance de la Société des Journalistes (SDJ).

Les musulmans qui ont aidé à libérer la France du joug nazi, qui ont reconstruit un pays en ruine après la seconde guerre mondiale et qui exécutent aujourd'hui les tâches les plus ingrates sont devenus le réceptacle de toutes les déjections verbales possibles et imaginables.

Le commun des citoyens condamné pour une pécadille sera forcément interloqué d'apprendre qu'un multicondamné par la justice est reçu avec tous les honneurs sur une chaîne d'information de renom mais que lui, citoyen anonyme, sera rejeté de la fonction publique, de la banque, de la sécurité et des transports et de bien d'autres secteurs d'activité faute de moralité exemplaire. Cette même moralité dont sont exemptés d'autres qui officient sur tous les canaux de communication avec un aplomb impressionnant.

Parler d'un deux poids deux mesures n'est plus suffisant dans un pays où on surjoue l'indignation face à Dieudonné mais où on accepte volontiers les abjections proférées contre les femmes voilées sous couvert de liberté d'expression.

La France n'a pas fini de fabriquer des enfants qui haïront leur pays faute d'une parole politique apaisante et rassembleuse dans toute sa pluralité de culte et de conscience. Les prêcheurs de haine sur les plateaux de television ont le vent en poupe mais avec quelles conséquences?

On imagine Monsieur Bolloré réconforté dans son choix de maintenir contre vents et marées Eric Zemmour suite à son carton plein d'audience lors de sa premiere sur CNews. La promotion du rascisme et de l'islamophobie risque bien de nous amener à un point de non retour où la cohésion nationale sera plus concept de littérature qu'une réalité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.