Apolline De Malherbe insupportable dans son interview de Juan Branco

La toile s'affole au sujet de l'interview de Juan Branco conduite ce matin par Apolline De Malherbe. Interview ou plutôt réquisitoire pour être plus précis.

La toile s'affole au sujet de l'interview de Juan Branco conduite ce matin par Apolline De Malherbe. Interview ou plutôt réquisitoire pour être plus précis.

L'animatrice de Bourdin Direct a en effet interrogé le jeune avocat en épousant une posture particulièrement partisane perdant de facto toute la neutralité nécessaire à la conduite de l'interview. Agressivité, parole coupée sans cesse et informations fallacieuses ont dominé ces quelques minutes d'échange avec l'opposant à Emmanuel Macron et autant dire que les internautes ne trouvent plus assez de mots pour exprimer leur colère légitime face à un simulacre d'interview qui n'était rien d'autre qu'une tentative de déstabilisation à ciel ouvert.

En bonne petite supplétive des enquêteurs de la police nationale, elle a accusé ouvertement en fin d'interview Juan Branco d'être celui qui a fomenté cet attentat médiatique contre Benjamin Griveaux en ces termes " plus on vous entend, plus on se demande si Piotr Pavlenski n'est pas que l'exécutant, et vous le manipulateur". Ces propos ostensiblement accusatoires en guise de conclusion retirent donc à ce sinistre personnage toute sa crédibilité puisque le ton, les propos et le parti pris de la petite protégée de Patrick Drahi anéantissent toute déontologie journalistique pour peu que ce concept veuille encore dire quelque chose aux yeux de cette femme qui a décidé de porter le costume de procureur aujourd'hui. Apolline de Malherbe vient en tout cas de nous donner une raison supplémentaire de ne plus taper le chiffre 15 sur sa télécommande.

On savait la ligne éditoriale de BFMTV particulièrement connivente avec le pouvoir en place et cette interview vient ainsi corroborer ce que tous les Français savent déjà, à savoir que cette chaîne roule pour Macron et son projet funèbre d'un monde de misère et de galère pour les plus fragiles au profit d'une minorité à l'appétit financier insatiable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.