Un milliard d'euros pour Notre-Dame mais rien pour les misérables

Un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame et toujours pas de solution pour les gilets jaunes qui battent le pavé chaque semaine depuis plusieurs mois.

Un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame et toujours pas de solution pour les gilets jaunes qui battent le pavé chaque semaine depuis plusieurs mois.

Apparemment, pauvreté, précarité, faim restent des mots pour les donateurs qui croient s'acheter une bonne conscience en participant à la réhabilitation du monument en partie dévasté. L'orchestre politico-médiatique est parfaitement synchronisé pour dissiper ce parfum de révolte qui secoue le pays sans relâche.

Seulement voilà, le chômage sévit toujours autant et la précarité, elle, demeure le compagnon de route de bons nombres de nos compatriotes. Combien de fois faudra-t-il le dire? Le chômage tue ainsi que la pauvreté. Nos aînés meurent dans des conditions atroces et ce, dans une indifférence qui déshonore la France et ses valeurs. Les Ehpad manquent de tout mais l'argent, dans ce cas-ci, est introuvable. Alors on songe à faire travailler gratuitement un jour férié (de plus) les plus vulnérables.

Les milliardaires dans ce cas-ci étant exemptés de l'effort national pourtant vital au sursaut salutaire dont a besoin notre pays. Ces mêmes milliardaires trouvent pourtant les fonds nécessaires à la rénovation de Notre-Dame. Les voilà érigés en sauveurs du patrimoine français dans une ambiance d'hypocrisie inégalée. Des centaines de millions d'euros débloqués en une journée par ces évadés fiscaux qui trouvent là encore le moyen de récupérer leur argent puisqu'ils récupèrent 60% des sommes données pour la rénovation de l'édifice religieux. Ces dons permettant aussi de faire baisser le montant de leurs impôts.

Bref une escroquerie intellectuelle et financière de classe mondiale mais qu'il faudrait que nous applaudissions des deux mains pour remercier ces hommes qui ne sont rien d'autres que des terroristes économiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.