Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

450 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Voter avec le cœur ou avec la raison

Alors que la gauche s'apprête à échouer lamentablement aux prochaines élections présidentielles, les citoyens appellent désespérément à l'union.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que la gauche s'apprête à échouer lamentablement aux prochaines élections présidentielles, les citoyens appellent désespérément à l'union.

La précarité, les inégalités, le chômage, le démantèlement du service public, la retraite qui s'éloigne, la sécurité sociale qui s'effondre, l'université qui sera bientôt payante pour tous sont autant de synonymes du macronisme et pendant ce temps, il y a encore des hommes et des femmes sur l'échiquier politique de gauche qui se posent la question d'unir ou non leurs forces pour ce scrutin ô combien important. Mais à y regarder de près, tous les candidats (PCF, PS, EELV, LO) savent sans l'ombre d'un doute que c'est bien Jean-Luc Mélenchon (JLM) le mieux placé pour atteindre le second tour de cette élection, la clé de voûte de cette échéance démocratique. Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Yannick Jadot, sont parfaitement conscients qu'ils n'ont aucune chance de se qualifier pour le second tour. Les résultats des dernières élections mais aussi les sondages placent tous Jean-Luc Mélenchon en tête des intentions de vote parmi les électeurs de gauche.

Pourquoi? Parce que c'est le seul à proposer un programme radicalement de gauche et la radicalité est précisément ce dont a besoin la France aujourd'hui après dix ans de macronisme si l'on compte les années qu'il a passées au secrétariat général de l'Élysée et à Bercy en tant que Ministre de l'Économie. Anne Hidalgo qui a soutenu la loi El Khomri, qui a fustigé l'action coup de poing d'Attac lorsque l'association d'extrême-gauche a badigeonné les vitrines de la Samaritaine pour dénoncer l'enrichissement indécent du milliardaire pendant la pandémie dit bien quelque chose du PS ou de ce qu'il en reste.
Fabien Roussel tout comme Yannick Jadot ne doivent pas croire beaucoup plus à leurs chances de victoire également. Veulent-ils sauver leur parti respectif ou la France du joug ultra-libéral dans lequel elle est empêtrée? À quoi bon voter PCF, EELV ou le PS quand on sait que ces micro-candidats servent la cause de Macron et de ses donneurs d'ordre?

La personnalité de Jean-Luc Mélenchon fait souvent débat, polémique. Il est adulé par les uns, détesté par les autres mais que demande-t-on précisément aux électeurs? De voter! Certains confondent sciemment entre voter et aimer. On vote pour un programme porteur d'enthousiasme et de changement allant dans le sens du progrès social et la bonne foi commande de reconnaître que c'est bien le programme de JLM qui inspire la plus forte espérance aujourd'hui.
Identifier le PCF comme le créateur du Conseil National de la Résistance n'a plus beaucoup de sens en 2022 car les acquis du CNR ont été partiellement vidés de leur substance suite aux dites réformes qui s'y sont greffées (recul de l'âge de la retraite, déremboursement des médicaments, des soins, dépassements d'honoraires non pris en charge etc). Quant aux 35 heures instaurées par le PS, elles sont totalement désuètes car la hausse du temps de travail a réussi à s'imposer idéologiquement dans l'opinion publique comme une mesure phare pour accroître la compétitivité de la France. La défaite politique du PCF, du PS et d'EELV sont donc actées.

Alors voter pour des candidats dont on sait pertinemment qu'ils n'ont objectivement aucune chance de sauver les ouvriers, les précaires, les privés d'emploi, les retraités et les étudiants des tumultes à venir est une chance inouïe pour la bourgeoisie dont les intérêts sont de mieux en mieux défendus et même promus par la classe politique actuelle. Au mois d'avril, si JLM n'arrive pas au second tour, il ne faudra pas se lamenter mais se préparer au pire...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés