Gilets jaunes antisémites ou ultime tentative pour discréditer le mouvement?

Le gouvernement soutenu par les médias à succès ne sait plus comment faire pour discréditer le mouvement des gilets jaunes. Tout le week-end a été consacré à notre cher académicien Alain Finkielkraut, prêcheur de haine sur tous les canaux de communication.

Le gouvernement soutenu par les médias à succès ne sait plus comment faire pour discréditer le mouvement des gilets jaunes. Tout le week-end a été consacré à notre cher académicien Alain Finkielkraut, prêcheur de haine sur tous les canaux de communication. S'étant fait apostrophė par quelques manifestants pour les propos abjects qu'il tient sur tous les plateaux télé, voilà qu'on taxe TOUS les gilets jaunes d'antisémites.

Impressionnante campagne de communication des chaînes d'info en continue pour réduire les gilets jaunes à ce qu'ils ne sont pas, c'est-à-dire des antisémites. Il faudrait sans doute expliquer que l'antisionisme n'est pas le synonyme d'antisémitisme. Mais c'est sans compter sur le matraquage médiatique formidablement orchestré par la bienpensance intellectuelle des mêmes personnes qui ont toujours une tribune acquise à leur cause sur les plateaux de télévision. Que je sache, l'antisémitisme est bien un délit mais pas l'antisionisme qui lui, combat une idéologie mortifère, injuste et rasciste.

En tout cas l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris pour cette agression verbale ne fait que démontrer encore une fois l'asymétrie judicaire qui existe entre les citoyens qui ont pignon sur rue et les autres. Et mon intuition me dit que ces manifestants vindicatifs vont être vite retrouvés alors qu'Alexandre Benalla croule sous sept mises en examen, la violation de son contrôle judiciaire et des enregistrements accablants.

Mais ce monsieur a bien raison de ne pas s'inquiéter car en France, république bananière incontestable, on a l'indignation selective, la banalisation de la violence à coups de LBD et de grenades de desencerclement contre les manifestants et la confiscation de la démocratie par une oligarchie prête à tout pour garder ses privilèges.
Pauvre France...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.