Manifestation de policiers le 19 mai, la gauche prise dans ses errements

Demain aura donc lieu une manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale suite au meurtre de leur collègue à Avignon. Une manifestation qui rassemblera le Ministre de l'Intérieur, Jordan Bardella (RN), mais aussi un certain nombre personnalités politiques dites de gauche comme Yannick Jadot, Fabien Roussel, Olivier Faure pour ne citer qu'eux.

Demain aura donc lieu une manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale suite au meurtre de leur collègue à Avignon. Une manifestation qui rassemblera le Ministre de l'Intérieur, Jordan Bardella (RN), mais aussi un certain nombre personnalités politiques dites de gauche comme Yannick Jadot, Fabien Roussel, Olivier Faure pour ne citer qu'eux.

Cette "marche ciroyenne" comme il est convenu de l'appeler désormais est la programmation affichée d'une faillite morale et politique de toute la gauche dans son ensemble. Si la difficulté du métier de policier ne fait guère débat, la présence du bloc de gauche à cette manifestation interroge d'autant qu'en bons (ou mauvais) stratèges, ces secrétaires de partis n'ont aucun bénéfice politique à se montrer avec des policiers mécontents. La police est, rappelons-le, profondément ancrée à l'extrême-droite, c'est d'ailleurs le principal pourvoyeur de suffrages du RN. Quel est donc l'intérêt de s'afficher aux côtés de policiers alors que les principaux acteurs politiques dits de gauche ou qui se revendiquent comme tels n'ont cessé de critiquer cette institution des années durant? Des critiques qui se justifient amplement par toutes les bavures commises et plus généralement par une doctrine sécuritaire qui n'a plus grand chose à voir avec le maintien de l'ordre.

La place de la gauche n'est pas à ce rassemblement prévu demain. Un rassemblement qui sera d'ailleurs la caisse de résonance de revendications politiques aux antipodes de la tradition culturelle et historique de la gauche. Les policiers donneront de la voix demain pour demander des peines encore plus lourdes pour les auteurs de violences contre les policiers, moins d'enquêtes administratives après usage de leur arme, l'interdiction de les filmer en interventions et pourquoi pas soyons fous, de supprimer l'IGPN. Les dernières révélations faites par Fabrice Arfi sur l'affaire de Viry-Chatillon dans son article du 17 mai nous ont encore montrées les travers de cette profession décriée et si mal-aimée. L'enquête policière a été particulièrement mal menée et même orientée pour faire porter la responsabilité de l'agression des policiers à des jeunes mis finalement hors de cause. Ils ont dissuadé les prévenus de faire appel à un avocat et rédigé des PV contraires aux déclarations des jeunes auditionnés. C'est aussi ça la police! 

Alors voir la gauche qui cherche une place aux côtés de la police participe de ses errements idéologiques et montre au grand jour que c'est bien le RN, suivi de près par LR et LAREM qui mène l'agenda politique. Si le PS est devenu l'ombre de lui-même et le PCF en situation de mort clinique, c'est aussi parce que ces formations politiques ont déserté leurs thèmes de prédilection en se détournant du monde ouvrier contrôlé et même persécuté par une police aux pouvoirs accrus.

La manifestation de demain où il y aura le RN, LR le PS, le PC, EELV et Gérald Darmanin côtes à côtes constituera la démonstration limpide d'un curseur politique qui s'est inexorablement glissé vers une droite violente et réactionnaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.