La Cour des comptes épingle les "privilèges" des retraités mais pas les siens

Le rouleau compresseur macroniste continue inexorablement sa Marche destructrice. C'est désormais au tour des retraités de la RATP, SNCF et d'EDF de renoncer à ce qui fut un temps la fierté du service public.

Le rouleau compresseur macroniste continue inexorablement sa Marche destructrice. C'est désormais au tour des retraités de la RATP, SNCF et EDF de renoncer à ce qui fut un temps la fierté du service public. La Cour des comptes préconise en effet d'aligner tous les régimes de retraite sur un régime dit "universel". Par ce régime universel, il est question de supprimer les régimes spéciaux de retraite et de repousser l'âge de départ à la retraite à 64 ans.

Cheminots, conducteurs de bus, techniciens edf et tous ces métiers où travailler les dimanches, jours fériés, de jour comme de nuit avec l'idée d'assurer quotidiennement une mission de service public vitale pour le pays disparaissent ainsi complètement dans ce rapport qui nous dit-on, vise à rétablir l'égalité entre les Francais. Une monstrueuse hypocrisie dont seuls nos politiques ont le secret. Car le but n'est en réalité pas de rétablir une quelconque forme d'égalité mais de trouver comment économiser 5 milliards d'euros correspondant à la contribution de l'Etat pour financer ces régimes spéciaux. Tout le reste n'étant que de l'imposture politique bien huilée.

Ce gouvernement continue donc son oeuvre moribonde depuis la fin du grand débat qui n'était finalement qu'une pause dans le calendrier des réformes du programme d'Emmanuel Macron. Ce dernier pensant que l'orage des gilets jaunes est passé et qu'il peut désormais repartir à l'offensive. C'est bien mal connaître l'histoire des résistances sociales de notre pays. La France n'est pas l'Angleterre ni les États-Unis et ne le sera jamais. Emmener à marche forcée tout un peuple vers un système où l'individualisation prendrait le pas sur la solidarité intergénérationnelle est un non sens dans un pays comme la France.

L'orage des gilets jaunes est peut-être passé mais de telles réformes qui laissent tant de gens sur le bord du chemin annoncent un retour de cet orage qui sera cette fois-ci décuplé car les turpitudes politiques de cette oligarchie si prompte à revendiquer des économies sur les plus fragiles deviennent insupportables. Les privilèges de cette caste sont légions et il n'est pas question que de homards. Des avantages en numéraire et en nature qui eux coûtent véritablement une fortune pour les contribuables que nous sommes et dont le personnel politique s'accommode très bien. Faire des économies pour les autres, c'est tellement mieux... 

Il ne nous reste plus qu'à espérer un coup de pouce du destin car notre société prend bien l'orientation d'une désintégration sociale où le Moi est en train de supplanter le Nous pour faire de la France le chantre d'un libéralisme où l'écologie n'est qu'une option.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.