Achats de sous-marins annulés par l'Australie, des morts en moins sur nos consciences

Ce contrat qui nous a échappé de l'Australie, 56 milliards d'euros, le contrat du siècle comme on l'appelle, est une heureuse nouvelle car c'est potentiellement des dizaines de milliers de morts que la France n'aura pas sur la conscience.

Ce contrat qui nous a échappé de l'Australie, 56 milliards d'euros, le contrat du siècle comme on l'appelle, est une heureuse nouvelle car c'est potentiellement des dizaines de milliers de morts que la France n'aura pas sur la conscience.

Alors oui ce sont des milliers d'emplois qui ne verront pas le jour en France, nous dirons d'autres et possiblement des destructions d'emplois à la clé mais la faute à qui? Pas à l'Australie ni aux États-Unis qui ont torpillé ce méga contrat. C'est bien notre faute d'avoir voulu développer cette industrie de l'armement pour que résonnent les canons français aux quatre coins du monde. Et tant pis pour les enfants et tous ces innocents qui mourront sous des tapis de bombes que nous auront fabriqués sur notre sol et qui décimeront des familles entières.

Conquérir les marchés mondiaux de l'armement, c'est être pragmatique nous dirons les adeptes de la réalpolitik car si nous ne vendons pas nos armes, d'autres le ferons à notre place. Faire de l'argent sur le marché de la mort, c'est un peu comme faire de la spéculation financière sur les denrées alimentaires enfonçant en bout de course des millions de familles dans l'extrême pauvreté. C'est un marché comme un autre et de toute façon, on dit bien que l'argent n'a pas d'odeur. Or cet argent a bien une odeur et cette odeur est déterminée par la morale qui guide les appétits financiers de chacun.

La France se retrouve donc avec douze sous-marins sur les bras et des Rafale aussi qu'elle aurait bien voulu vendre à nos voisins suisses mais voilà ces derniers ont préféré le F-35 américain. Tant mieux. Une bonne nouvelle de plus car croire que c'est en armant les pays des quatre continents qu'on relancera notre croissance économique et qu'on regagnera notre place au centre du jeu mondial est un leurre. Créer des emplois chez nous en provoquant des effusions de sang à l'autre bout de la terre est quand même le comble de l'égoïsme sanguinaire qui caractérise très bien la France au passage. Quant aux frappes chirurgicales censées tuer les méchants et éviter les innocents grâce aux technologies de pointe, plus personne n'y croit. La guerre menée par l'Arabie Saoudite au Yemen avec nos Rafale a bien montré aux yeux du monde entier que les dommages collatéraux, puisque c'est comme ça qu'on appelle les enfants, les femmes et tous les civils morts pour rien, sont immenses. En plus, pas sûr que l'industrie de l'armement serve vraiment la cause de la transition écologique que le gouvernement se targue de développer.

Bref la France a perdu un gros contrat et si d'autres pays à la recherche d'avions de chasse, de porte-avions ou d'hélicoptères de combat pouvaient imiter l'initiative australienne, cela ravirait les âmes encore empreintes de naïveté qui ne veulent plus qu'on tue en leur nom. Et si cela pouvait en même temps inciter la France à se tourner enfin vers une économie totalement décarbonée, nous aurons alors fait un grand pas pour les générations futures car en intensifiant nos efforts dans la fabrication d'armes, nous nous employons plutôt à faire que des générations futures ne voient jamais le jour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.