Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

450 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2022

Un débat sur Blanquer animé par son épouse, quand les médias n'ont plus de limite

En Macronie, on a trouvé la parade pour dire le moins de mal possible du ministre de l'Education Nationale empêtré dans plusieurs polémiques aux airs de poussées russes. Proposer une émission de débat politique animée par la propre épouse du ministre. C'est ce qu'a cru bon de faire la direction de la chaîne i24News hier mardi 18 janvier.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Macronie, on a trouvé la parade pour dire le moins de mal possible du ministre de l'Education Nationale empêtré dans plusieurs polémiques aux airs de poussées russes : proposer une émission de débat politique animée par la propre épouse du ministre. C'est ce qu'a cru bon de faire la direction de la chaîne i24News mardi 18 janvier.

Il fallait le voir pour le croire et pourtant, c'était bien Anna Cabana qui animait une émission où il était question de son cher époux et de la polémique liée à ses vacances sur l'île espagnole à la réputation festive. Le débat intitulé “Jean-Michel Blanquer, au cœur de la tempête” s'est tenu sur la chaîne i24News et a été animé toute honte bue par sa compagne devenue très récemment son épouse.

Pour l'objectivité journalistique, il faudra évidemment repasser. Le sens déontologique de la journaliste pose véritablement question. Animer un débat mettant en cause son propre mari ferait presque penser à l'époque soviétique. D'autant que le ministre devait selon toute vraisemblance être accompagné de son épouse lors de ses vacances controversées. Critiquer le ministre, c'est donc critiquer aussi la journaliste qui n'aurait manifestement pas vu le message désastreux qu'une telle destination pouvait envoyer au corps enseignant pendu alors à la déclaration de leur ministre pour connaître le protocole sanitaire à mettre en place en cette rentrée de début d'année. L'exercice était forcément une épreuve très délicate à passer pour les intervenants appelés à commenter cet énième faux pas du ministre. Ce n'était donc pas un débat mais plutôt un simulacre de débat particulièrement gênant pour les participants mais aussi pour les téléspectateurs qui ont immédiatement réagi sur les réseaux sociaux en évoquant un moment de télévision complètement surréaliste.

La journaliste interrogée par Le Parisien n'a visiblement pas vu le problème de diriger un tel débat invoquant "qu'elle ne peut pas en payer la facture tous les jours" renvoyant par là à son statut de femme de ministre. Le bon sens aurait pourtant voulu que la nouvelle épouse du ministre se déporte de tous les dossiers politiques ou à minima des dossiers impliquant son mari mais en macronie tout est possible surtout le pire. Anna Cabana est une journaliste avec une sensibilité, on le sait, très droitière et libérale et il faut dire que ses analyses déroulées sur BFMTV qui avaient des airs d'éloges pour Emmanuel Macron confirment sa subjectivité constatée lorsqu'elle y officiait en tant qu'éditorialiste.

Cette séquence fera encore un peu plus de mal au journalisme et au devoir d'informer devenu pour la plupart des détenteurs d'une carte de presse un devoir d'allégeance aux puissances politiques et d'argent. Rappelons que la corporation la plus décriée en France après la classe politique est bien celle des journalistes. Rien d'étonnant quand on voit cette séquence télévisuelle qui ne redorera pas le blason de cette corporation, loin de là.

Ce moment de télévision figurera peut-être dans les manuels d'histoire des futures générations pour montrer la connivence affichée et assumée des médias de notre époque avec la classe politique. Une connivence qui ne se cache même plus vu ce que i24News a été capable de montrer à ses téléspectateurs hier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils