Quand Flixbus annule un voyage sans en informer ses clients

Conduire un bus, c'est un vrai métier et gérer une entreprise de transport en commun est quelque chose qui ne s'improvise pas. C'est ce que qu'on aurait envie de dire à la compagne Flixbus qui a littéralement laissé ses clients à l'abandon le 19 août dernier pour la liaison Montpellier-Paris.

Conduire un bus, c'est un vrai métier et gérer une entreprise de transport en commun est quelque chose qui ne s'improvise pas. C'est ce que qu'on aurait envie de dire à la direction de la compagne Flixbus qui a littéralement laissé ses clients à l'abandon le 19 août dernier pour la liaison Montpellier-Paris.

Le départ était prévu pour  21 heures mais les voyageurs n'ont été informés de l'annulation de leur voyage que deux heures après. Les voyageurs, environ une vingtaine, auront appris ces préceptes élémentaires à leurs dépends. Sans prise en charge (restauration, hôtel), ni moyen de transport alternatif pour acheminer les voyageurs à leur destination, Flixbus à donc annulé une tournée sans se préoccuper du sort de ses clients qui étaient à mille lieux de se douter que la compagnie aux couleurs vert et orange allait laisser ses clients sur le carreau. C'est pourtant bien ce qui s'est passé le 19 août au soir sans que les voyageurs comprennent vraiment les raisons d'un tel fiasco.

Les prix de cette jeune compagnie de transport sont certes attractifs mais le service lui, laisse à désirer. Il faut se rendre sur des sitesqui accueillent les avis sur cette compagnie pour s'en rendre compte. Les avis justement sont pour beaucoup d'entre eux tranchés. Pertes de bagages, une hygiène des bus déplorable et des toilettes indisponibles pour un trajet de plusieurs heures, Flixbus peut désormais accrocher à son tableau de chasse cette mésaventure vécue par leurs clients le 19 août dernier. Il faut malgré tout se réjouir que le pire ne se soit pas produit (agression, disparition ou vol de leurs effets personnels) vu l'heure tardive à laquelle les voyageurs ont compris leur mauvaise fortune.

Cette histoire qui ressemble à un mauvais scénario révèle en tout cas les dangers de la concurrence, cette idéologie par laquelle jurent une bonne partie de l'échiquier politique pour, nous dit-on, améliorer le service aux usagers et réduire les prix. Une compagnie qui se moque de ses clients en négligeant l'information voyageurs, leur acheminement jusqu'à leur lieu de destination ne peut en aucun cas revendiquer le professionnalisme dont elle se targue sur son site. Sans parler du fait que le transport en car est l'un des moyens de locomotion les plus carbonés qui existent à ce jour. Bref les cars Macron, une autre mesure désastreuse à inscrire dans le bilan déjà bien calamiteux du président de la République.

Ces défaillances à répétition de Flixbus doivent alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de mettre un terme à ce processus de privatisation des entreprises publiques de transport. Valérie Pécresse a en effet engagé la SNCF ainsi que la RATP vers la voie du moins-disant social autant pour les salariés que pour les usagers. Pour s'en convaincre, il suffit de voir le tramway T9 reliant la Porte de Choisy à la ville d'Orly et mis en service seulement depuis le 10 avril 2021. La ligne ferroviaire recense déjà pas moins de cinq accidents mais l'obstination idéologique de la présidente d'Ile-de-France l'empêche de faire l'analyse qui s'impose. Payer moins cher un transporteur, ce sont des salariés moins bien rémunérés, un bien-être social dégradé et en bout de course un service de moins bonne qualité pour les usagers.

C'est ce modèle économique qu'il faut dénoncer à tout prix plutôt que de payer des transporteurs à bas prix car la flixbutisation des transports n'a qu'un seul but, faire des économies pour mieux financer les généreux cadeaux fiscaux faits aux entreprises du CAC40. La fameuse théorie du ruissellement qui n'arrivera jamais.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.