Meurtre d'Alexia : une couverture médiatique disproportionnée

Personne ne comprend pourquoi le meurtre d'Alexia a été autant médiatisé. Les chaînes d'information en continue se sont fait l'écho de cette affaire de façon permanente.

Personne ne comprend pourquoi le meurtre d'Alexia a été autant médiatisé.
Les chaînes d'information en continue se sont faites l'écho de cette affaire de façon permanente.

De quoi laisser les Français circonspects face à un tel tapage médiatique. Non pas que la défunte ne mérite pas autant d'attention mais les annales judicaires regorgent d'affaires criminelles bien plus marquantes pour l'opinion publique que celle-ci. Alors pourquoi avoir braqué les caméras matin, midi et soir sur cette affaire? C'est une question qu'on peut légitimement se poser et le verdict qui vient de tomber, 25 ans de réclusion criminelle, n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre au sujet de cette affaire.

On pourrait citer Bertrand Cantat, le chanteur du groupe Noir Désir dont le crime a été puni de seulement 4 ans de prison alors que les coups assénés à sa compagne défunte n'étaient pas moins violents. Sans s'improviser juge ou juré d'une cour d'assises, le peine prononcée contre Jonathann Daval interpelle car elle met en évidence une justice incompréhensible et même partiale pour le commun des mortels. N'oublions pas que "la justice est rendue au nom du peuple français" ce qui amène chaque citoyen à se sentir concerné par le traitement médiatique et judiciaire d'une telle affaire.

Les parents de la jeune fille assassinée ont eu droit à des passages sur tous les plateaux de télévision. Un privilège auquel n'ont pas eu droit d'autres familles de victimes. Pourquoi? Qui est ce couple? Quelles connections ont-ils avec le paysage audiovisuel français pour capter un temps d'antenne aussi important? Voilà autant de questions sans réponses pour le moment mais qui ne demandent qu'à être élucidées. 

Ce qu'on comprend en tout cas est que cette surmédiatisation a fini par fonctionner puisque Jonathann Daval a écopé d'une peine surréaliste au regard de ce qui est prononcé dans des affaires comparables. Une enquête s'impose.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.