La démocratie française s'éteint

Les libertés fondamentales ont été copieusement bafouées depuis la naissance du mouvement des gilets jaunes. Vidéos de violences policières qui tournent en boucle sur tous les reseaux sociaux, désinformation massive opérée par les médias En Marche au diapason du pouvoir.

Les libertés fondamentales ont été copieusement bafouées depuis la naissance du mouvement des gilets jaunes. Vidéos de violences policières qui tournent en boucle sur tous les reseaux sociaux, désinformation massive opérée par les médias En Marche au diapason du pouvoir, une justice qui prononce des peines de prison de façon totalement arbitraire et enfin des manifestants qui se voient interdits de circuler pour manifester leur désaccord face à une politique qui malmène de bout en bout la cohésion nationale.

On pourrait citer les barbouzeries du protégé Alexandre Benalla qui lui, visiblement a droit à beaucoup plus d'égards de la justice. Sans parler de l'arme que les juges ne retrouveront jamais. Plus qu'un deux poids deux mesures, nous avons là l'expression au grand jour d'une république bananière où tout se décide selon le "fait du prince". Au diable la loi, les principes, la mesure et la hauteur de vue que nécessite la fonction présidentielle. Emmanuel Macron n'a pas le temps de s'embrasser avec le respect des institutions et une considération pour le peuple qu'il gouverne.

La feuille de route de notre président bling bling est simple et claire. Il faut rendre le modèle social français exsangue et c'est merveilleusement bien parti en seulement dix-huit mois de pouvoir. Sécurité sociale, droit du travail et retraites. Les trois piliers sur lesquels reposent le pacte républicain ne tiennent déjà plus qu'à un fil.

Ces gilets jaunes sont une épine dans le pied du président mais la police a vraisemblablement les mains libres pour réduire cette contestation au silence. Seulement vingt deux enquêtes diligentées par l'IGPN suite aux violences policières qui se comptent centaines. L'augmentation de salaire que celle-ci a obtenue sans avoir eu besoin de manifester en dit long sur la nature de ce régime.

La démocratie ou ce qu'il en reste n'a plus beaucoup d'années à vivre dans un pays où on impose par la force policière le capitalisme sanguinaire comme seul modèle économique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.