Sophia Chikirou patauge dans une défense lamentable

La défense de Sophia Chikirou est décidément bien laborieuse voire malheureuse au vu de son intervention télévisée hier sur bfmtv face à Ruth Elkrief.

La défense de Sophia Chikirou est décidément bien laborieuse voire malheureuse au vu de son intervention télévisée hier sur bfmtv face à Ruth Elkrief.

Marteler inlassablement qu'il n'y a pas surfacturation ne fait pas de cette affirmation une vérité indéfectible. En même temps, est-ce sur un plateau de télévision de ce format que madame Chikirou aurait du prendre la parole pour s'expliquer? Le doute est permis surtout venant d'une femme dont on dit qu'elle est une genie de la communication. J'ai beau cherché dans la prestation de la communicante 2.0 les qualités mises en avant par ses fans, je n'ai rien trouvé qui sorte vraiment de l'ordinaire. En tout cas rien qui justifie les émoluments qui lui ont été généreusement accordés par la FI pendant la campagne de JLM.

La défense prend complément l'eau lorsqu'elle dénonce une supposée mysoginie de Mediapart. L'argument massue et tellement tendance à l'ère du #Metoo et du #balancetonporc. Très très court comme argument pour discréditer un travail fait par pas moins de trois journalistes d'investigation et qui n'ont fait que reprendre les éléments des perquisitions qui ont eu lieu. Bref, la FI a l'air de très bien se complaire dans ce chemin d'une autodestruction programmée au mépris de l'intérêt supérieur de la nation qui justifierait pourtant bien une éviction express du couple controversé.

Le fin n'est plus très loin au grand dam des souffrances sociales qui resteront quelques décennies de plus silencieuses. C'est le prix à payer pour tenter en vain de sauver un couple déjà condamné.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.