Valeurs Actuelles : cet appel à l'insurrection qui ne passe pas

Valeurs Actuelles se rêve en faiseur de putsch. Celle-ci a publié une tribune signée par 20 généraux où ils pensent dénoncer le délitement de la patrie et invitent le président à agir faute de quoi ils menacent de reprendre le pouvoir dans le but de redresser les principes républicains et de sauver la nation. Rien que ça!

Valeurs Actuelles se rêve en faiseur de putsch. Celle-ci a publié une tribune signée par vingt généraux où ces derniers pensent dénoncer le délitement de la patrie et invitent le président à agir faute de quoi ils menacent de reprendre le pouvoir dans le but de redresser les principes républicains et de sauver la nation. Rien que ça!

Toujours aucune réaction de l'exécutif et pourtant cette tribune mériterait à tout le moins une condamnation de tout le gouvernement. Valeurs Actuelles sème la haine éhontément, trouble l'ordre public et stigmatise une religion. L'appel des vingt généraux qui menacent de prendre les armes pour rétablir la dite autorité s'inscrit toujours dans cette tentative de faire peur aux musulmans mais peut-on dans un État de droit lancer un appel à un soulèvement insurrectionnel sans que le journal qui relaie cet appel ne soit poursuivi? Toutes les conditions sont pourtant réunies pour que le journal xénophobe soit inquiété par la justice. Incitation à la haine raciale, stigmatisation d'une religion, Incitation à un coup d'Etat.

Valeurs Actuelles continue donc d'œuvrer pour le désordre public et la discorde dans la nation alors que celle-ci est déjà suffisamment éprouvée. Mais pour devenir une pompe à clics, Valeurs Actuelles est à la recherche du buzz car depuis que le journal a perdu le tiers de ses recettes publicitaires, tout est permis pour encaisser, même le pire. Son principal pourvoyeur de publicités, Taboola a mis un terme au contrat qui le liait au journal en raison de sa satire où il avait dépeint la député Insoumise Danièle Obono en esclave mettant les comptes du journal dans une situation périlleuse.

Que faut-il comprendre derrière les mots suivants "par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national" de la tribune publiée par Valeurs Actuelles? Faut-il utiliser des chars d'assaut, des blindés dans les quartiers, faut-il tirer à balles réelles contre notre jeunesse?

L'extrême-droite n'a plus de limites et sous couvert de liberté d'expression, des militaires arrivés aux sommet de la chaîne de commandement prônent la violence sans que cela ne perturbe notre supposé chef des armées. Supposé car la tribune instille bien l'idée que le chef des armées n'est pas peut-être pas le président de la République comme le prévoit pourtant le constitution. Y-a-t-il en France des factieux qui ont réellement le pouvoir de déclencher une attaque et de faire passer la France d'un régime démocratique à un régime autoritaire et arbitraire? Rien n'est moins sûr. Cet appel aura bien du mal à se comparer à l'appel du 18 juin si tel était son ambition. 

Cet appel ne passe pas en tout cas inaperçu face à ce torrent d'indignation politique et de toute la société civile. Ne reste plus qu'au président de nettoyer l'armée au carsher en poursuivant ces généraux qui ont fait serment de loyauté à la nation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.