Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

427 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2018

Premier anniversaire de l'exode des Rohingyas, dans l'indifférence

Nous célébrons aujourd'hui le triste anniversaire de l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh. Un déchirement pour ceux qui ont du quitter leur terre natale et qui ont laissé derrière eux leur maison et toute une vie ravagée par les violences.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis à peu près sûr que mon billet ne rencontrera pas le succès qu'il mérite car j'ai compris depuis longtemps que le massacre à ciel ouvert des musulmans de Birmanie n'intéresse pas ou peu de monde. En même temps, écrire et relayer même seul au milieu du désert subsaharien sera toujours utile pour ne pas laisser ce crime de guerre tomber dans l'oublie.

Nous célébrons aujourd'hui le triste anniversaire de l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh. Un déchirement pour ceux qui ont du quitter leur terre natale et qui ont laissé derrière eux leur maison et toute une vie ravagée par les violences. Les images de torture qui ont défilé sur la toile n'ont généré aucune réaction politique alors que les viols, des bébés brûlés vifs et des corps sans vie à perte de vue ont été relayés par des temoins et des ONG qui ont pourtant crié de toute leur force qu'un nettoyage ethnique étaient entrain d'avoir lieu. En vain.

Je ne peux m'empêcher de penser que le coupable de cette indifférence est leur appartenance à la religion musulmane. Sinon comment expliquer que notre diplomatie ne se soit jamais émue devant la barbarie d'un peuple bouddhiste supposé pacifique et avec l'aval des plus hautes autorités du pays? L'éloignement géographique n'explique pas tout car la France a réagi très vite aux persécutions de la minorité chrétienne d'Irak, les Yezidis en accueillant bon nombre d'entre eux et c'est heureux d'ailleurs. Mais n'a pas droit à la compassion française qui veut. 700000 Rohingyas se sont installés au sud du Bangladesh dans la province de Kutupalong dont on dit que c'est le plus grand camp de réfugiés au monde.

Des occasions d'élever notre pays au rang des nations justes, la France en a laissé passer beaucoup et celle-ci en fait partie. Mais peut-on incriminer un pays de ne pas dénoncer l'inacceptable alors qu'il vend des armes dont la finalité n'est autre que de devenir des bourreaux pour des enfants et civils de tous bords? On peut en tout cas se féliciter de voir que la ville d'Edimbourg a retiré son prix de la Liberté à Aung San Suu Kyi pour avoir refusé de condamner le massacre des Rohingyas.

Ça ne changera pas la face du monde certes, mais symboliqement ça veut dire beaucoup et si cela peut emmener dans son sillage Oslo à retirer à cette femme sanguinaire le prix Nobel de la Paix, le monde des symboles ne s'en portera que mieux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato