Les explications de la rédaction de Mediapart enfoncent un peu plus Sophia Chikirou

Le live produit ce mercredi dans le studio de Mediapart donne à réfléchir. Les prises de parole successives des journalistes émérites et sans langue de bois excluent de facto toute forme de dépendance vis-à-vis du pouvoir macronien ou toute proximité hamoniste ou toute complaisance vis-à-vis des réseaux d'influence.

Le live produit ce mercredi dans le studio de Mediapart donne à réfléchir. Les prises de parole successives des journalistes émérites et sans langue de bois excluent de facto toute forme de dépendance vis-à-vis du pouvoir macronien ou toute proximité hamoniste ou toute complaisance vis-à-vis des réseaux d'influence.

Les fantasmes répandus à l'envie sur la toile par les militants FI et notamment dans les fils des commentaires des billets de blog restent tout simplement des fantasmes et renforcent le sérieux du travail journalistique de la rédaction mediapartienne. Ceux qui ont appelé de leurs voeux à un désabonnement massif des lecteurs de Mediapart devraient plutôt se poser la question de savoir s'il est toujours opportun de faire des dons à un parti aussi opaque que tous les autres partis traditionnels et qui se montre dispendieux lorsqu'il s'agit de payer Sophia Chikirou et particulièrement avare lorsqu'il est question de rétribuer des militants anonymes qui donnent de leur temps, de leur énergie pour donner au projet de la FI les chances de naître un jour.

Ceux qui ne voient pas l'asymétrie de traitement entre la dirigeante de Mediascop, société qualifiée d'ailleurs de "boîte noire" par la rédaction et tous les autres bénévoles, soit payés au lance-pierre, soit embauchés au statut précaire d'auto-entrepreneur sont encore sous le charme d'une espérance chantée avec le talent d'un homme dont la déchéance n'est plus très loin.

Jérôme Cahuzac (PS), Nicolas Sarkozy (LR), Marine Le Pen (RN), et même Emmanuel Macron (LREM). Tous ont fait l'objet d'enquêtes et de contre-enquêtes de Mediapart pour faire emerger la vérité sur l'origine de leurs financements mais les militants FI préfèrent s'évertuer à polluer les réseaux sociaux par des fakes notamment en affirmant que le prestataire qui produit le live de Mediapart a également travaillé pour Benoît Hamon, signant par la même l'allégeance de Mediapart aux idées hamonistes. 

Bref je crois qu'on touche le fond d'un néant abyssal pour tous ces illuminés qui soutiennent encore ce couple carbonisé jusqu'à la moelle et dont on sait indiscutablement qu'ils sont au coeur de la faillite de tout un parti et d'un projet progressiste, même civilisationnel. Un immense gâchis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.