Les gilets jaunes sont en train de faire une révolution

Nous sommes tous spectateurs de ce mouvement populaire connu sous le nom des gilets jaunes. Ils sont peut-être entrain de faire une révolution pendant que nous nous observons sans savoir comment réagir.

Nous sommes tous spectateurs de ce mouvement populaire connu sous le nom des gilets jaunes. Ils sont peut-être en train de faire une révolution pendant que nous nous observons sans savoir comment réagir.

On pourra toujours dire que ce mouvement est infiltré par des groupuscules d'extrême droite, d'extrême gauche ou des anarchistes comme essaient désespérément les médias de les dépeindre. Sauf que les gilets jaunes sont avant tout un mouvement de contestation populaire qui s'érige contre la cherté de la vie. La hausse du prix des carburants n'est que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase déjà plein depuis longtemps.

Les mesures antisociales ne se comptent plus depuis le début de ce quinquennat devenu chaotique. Hausse de la csg, baisse des apl, suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune, déremboursement des médicaments, fin du statut des cheminots et pour couronner le tout une évasion fiscale qui continue toujours d'être le sport national dans notre pays sans que notre président ne s'intéresse à ce fléau qui fait perdre pas moins de 100 milliards d'euros par an aux caisses de l'Etat.

Gilets jaunes ou pas gilets jaunes. Je sais en tout cas que nous serions bien avisés d'interroger nos consciences face à ce mouvement d'origine provincial qui force le respect et que dans notre fort intérieur nous soutenons tous parce qu'ils sont entrain de réaliser ce que nous avons été jusqu'à présents incapables de faire, nous Parisiens. C'est bel et bien une révolution qu'il faut conduire en France car les privilèges sont devenus un objet de crispation qui exacerbent les nécessiteux, les galériens, les démunis, les riens en somme et ils sont nombreux.

La cohésion nationale se désintégre littéralement jour après jour et quand on sait que des oligarques proches du pouvoir gagnent en une heure ce que des Francais ont toutes les peines du monde à gagner en un mois, c'est bien qu'il y a un problème de répartition des richesses et de justice sociale.
Si en plus on met en relief la scène complètement surréaliste de notre "prince" qui s'indigne de voir mobiliser un "pognon de dingue" pour les plus modestes, on comprend bien que les gilets jaunes auraient tout à perdre en rentrant chez eux bredouilles. 

Emmanuel Macron doit partir car la confiance avec le peuple est irrémédiablement rompue.
Vive la France et vive les gilets jaunes!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.