Élections européennes : un simulacre de démocratie

Le mensonge de la classe dominante n'a jamais été aussi manifeste. Pour revigorer la légitimité du Parlement européen, on nous gonfle artificiellement la participation histoire de montrer que la crise démocratique est derrière nous.

Sans surprise le RN est bien la première force politique du pays. En revanche, il faudra qu'on m'explique comment Emmanuel Macron et sa liste Renaissance est arrivée seconde avec 22% des suffrages. Et surtout comment la participation a pu dépasser les 50% alors que toutes les enquêtes d'opinion décrivent une crise démocratique majeure avec une perte de confiance dans les institutions politiques nationales et européennes.

Le mensonge de la classe dominante n'a jamais été aussi patent. Pour revigorer la légitimité du Parlement européen, on nous gonfle artificiellement la participation histoire de montrer que la crise démocratique est derrière nous.
Cette élection est un simulacre de démocratie au vu et au su de tous. Emmanuel Macron avec son cortège de scandales et de mauvaise gouvernance arrive second avec plus de 5 millions d'électeurs. Qui pour croire à de telles balivernes?

Cette élection a fini de me convaincre que les médias, les institutions, main dans la main, forment un sinistre duo dont le seul objectif est de dissimuler la vérité. La vérité d'un peuple qui ne croit plus à la vertu du vote et la manipulation des résultats de ce scrutin en est la parfaite illustration. Les chiffres de l'abstention, s'ils étaient communiqués en toute transparence, seraient un camouflet à eux seuls pour l'exécutif et sonnerait la fin de la partie pour toute la classe politique.

Que tout ce monde s'amuse alors à Strasbourg dans l'ambiance feutrée du Parlement pour nous dicter les lois des lobbies pendant que le commun des citoyens ne voit toujours pas le bout du tunnel de sa condition déclinante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.