Facebook en chute libre en bourse, une excellente nouvelle

Le créateur de Facebook est en mauvaise posture suite à la baisse exceptionnelle de la capitalisation de son titre en bourse. Ceci doit nous interpeller sur le sens que nous voulons donner à notre vie sociale.

Marc Zuckerberg vient de voir près de 120 milliards de dollars partir en fumée en une seule journée. La capitalisation boursière du titre a perdu 18% de sa valeur. Une épreuve de taille pour le créateur de Facebook qui a l'ambition de se maintenir au sommet du monde avec une entreprise qui reste un géant des réseaux sociaux. Les spécialistes y vont chacun de leurs analyses économiques et stratégiques pour expliquer cette chute vertigineuse de l'action américaine. Et si la réalité etait plus simple que cela?

L'addiction menant presque à une soumission au réseau dit social où les rapports entre les hommes se deshumanisent à vitesse grand v sans compter toutes les théories conspirationnistes, les fake news qu'on y trouve et cette tendance galopante à vouloir toujours dire où on est, avec qui, ce qu'on fait, ce qu'on mange, qui on aime et qui on déteste. Il y a un côté malsain, voyeuriste et pas du tout de la culture de chez nous dans ce réseau social qui tire notre société vers le bas et je dirais même vers quelque chose de mortifère pour notre société construite sur l'idéal d'un humanisme réel et d'une solidarité active. Facebook a détruit une partie de cette ambition sociale française.

Le retour de bâton que commence à vivre le géant américain est de bon augure. Reste juste à espérer que cette tendance baissière va se confirmer et pour ce faire, j'invite tous ceux qui ont un compte Facebook à le fermer. Pour l'histoire, j'ai fermé le mien il y a trois semaines et, croyez-moi, je me sens tellement mieux et je dirais même libéré. Je rappelle également que Facebook fait l'objet d'une surveillance accrue par les services de renseignements mais aussi par les recruteurs qui visitent les profils des candidats pour connaître leur obédience, opinions politiques, et toute leur vie privée pouvant les conduire à fonder un jugement extraprofessionnel des candidats et de leur personnel.

Tous ces éléments mis bout à bout ont fini par convaincre de plus en plus d'utilisateurs de fermer définitivement leur compte. Alors pourquoi pas vous?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.