Qui doit aller voir le psychiatre : le pédophile ou l'homosexuel?

Le pape François recommande aux parents d'enfants en devenir de les envoyer voir un psychiatre s'ils venaient à être homosexuels. Et qu'en est-il d'un prêtre pédophile serait-on tenté de lui demander. Parce que la pédophilie au sein de l'église catholique est devenue un sport national...ou plutôt une maladie psychiatrique pour le coup non?

Le pape François recommande aux parents d'enfants en devenir de les envoyer voir un psychiatre s'ils venaient à être homosexuels. Et qu'en est-il d'un prêtre pédophile serait-on tenté de lui demander. Parce que la pédophilie au sein de l'église catholique est devenue un sport national...ou plutôt une maladie psychiatrique pour le coup non?

Je ne sais pas si l'homosexualité est une maladie psychiatrique mais ce qui est sûr, c'est que la déclaration du pape a de quoi faire bondir d'autant que ses attributions ont été très largement sous-exploitées face à une pédophilie galopante à tous les étages de l'institution dont il a la charge. Le proverbe "qui ne dit mot consent" prend tout son sens lorsqu'on voit l'attitude complaisante qu'a eu le pape face à ce fléau qui a gangrené l'église catholique des années durant et qui continue à sévir présentement.

C'est bien beau de dire qu'il a honte dans une salle comble acquise à sa cause mais qu'a-t-il fait pour éradiquer le phénomène? Rien! Mutations tous azimuts des prêtres dans le monde entier pour étouffer des rumeurs persistantes, blocage des procédures visant à exclure les prêtres pervers et non dénonciation aux autorités du personnel ecclésiastique coupable d'attouchements et de viols. En tout cas, voir 4000 fidèles argentins quitter l'église catholique est un bon signe envoyé à l'administration papale. Et cette hémorragie va inexorablement se poursuivre étant donné qu'aucun signe de bonne volonté n'est envoyé aux fidèles pour prendre ce problème à bras le corps.

Heureusement que le Vatican se trouve en Italie. Il pourra toujours compter sur le soutien indéfectible de la classe politique italienne notamment en la personne de Silvio Berlusconi. Au moins lui c'est un "bunga"!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.