La prositution à la porte d'Aubervilliers : un travail tout à fait legal

Ce qui interpelle particulièrement à cet endroit est la prostitution qui occupe désormais un espace prépondérant sans que ni les femmes qui vendent leurs services ni les clients ne soient inquiétés par la police.

Jeudi matin, après un petit déjeuner copieux, je me rends à la porte d'Aubervilliers pour prendre possession de mon bus le pc3 et là un decor devenu tristement banal. Les migrants occupent largement l'espace public car laissés à leur propre sort. Mais ce qui interpelle particulièrement à cet endroit est la prostitution qui occupe désormais un espace prépondérant sans que ni les femmes qui vendent leurs services ni les clients ne soient inquiétés par la police.

Cela fait partie du decor incontournable de la porte d'Aubervilliers. La Seine-Saint-Denis connaît décidément une tolérance que peu de quartiers de Paris connaissent et on peut légitimement se demander pourquoi on laisse ces réseaux criminels s'installer et même proliférer à Aubervilliers et ses alentours dans l'indifférence la plus totale? Je croyais pourtant que l'heure était à la défense des femmes, de leurs droits et de leur dignité. Or ces femmes, on le sait, viennent de Roumanie et sont à la merci d'hommes sans scrupule. Encore un bel exemple d'hypocrisie à la française. Donc, des explications pouvant nous conduire à comprendre pourquoi on tolère l'implantation de ces réseaux à la porte d'Aubervilliers et pas ailleurs sont les bienvenues.

Je ne vois jamais ces femmes à porte maillot, porte des ternes ni à porte champerret. La police tolère donc que de telles transactions aient lieu au vu et au su de tous laissant les riverains d'Aubervilliers sans recours pour faire face à un tel phénomène. La France à deux vitesses n'est pas une vision de l'esprit mais bien une réalité...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.