Une famille meurt sous les flammes à Aubervilliers : les bailleurs tous responsables

J'observe malheureusement que le drame qui s'est produit à Aubervilliers avant hier n'a pas ému grand monde, en tout cas pas les medias plus occupés à donner une tribune à Alexandre Benalla.

J'observe malheureusement que le drame qui s'est produit à Aubervilliers avant hier n'a pas ému grand monde, en tout cas pas les medias plus occupés à donner une tribune à Alexandre Benalla pour qu'il puisse se défendre devant l'indéfendable. Pourtant c'est bien une mère et ses trois enfants qui sont morts brûlés vifs dans l'incendie de leur immeuble.

J'essaie d'imaginer la scène de chaos que cela a du être pour la famille défunte lorsqu'elle elle a vécu ses derniers instants et se sachant condamnée. Les mots ne suffisent pas pour exprimer toute l'horreur qu'elle a subie. Qui pour s'attarder sur ces anonymes et dénoncer avec virulence ce qu'il faut bien appeler un crime? Où sont les médias pour dénoncer les manquements manifestes des bailleurs sociaux (à par Mediapart)? A part encaisser les loyers et les charges, les bailleurs sociaux sont totalement absents lorsqu'il s'agit de réparer, d'entretenir les ascenseurs, de mettre aux normes de sécurité les immeubles. 


Ce que personne ne dit, c'est que derrière le dédain exprimé par les bailleurs aux locataires, il y a un rascisme devenu totalement ordinaire. Rappelons que dans ces immeubles vivent essentiellement des immigrés, des personnes en situation irrégulière, des familles françaises issues de la deuxième et troisième génération. En somme, des familles étrangères et des familles considérées pas 100% françaises si j'ose dire. J'ose le dire car les drames comme celui d'avant hier se produisent principalement dans le département de la Seine-Saint-Denis. Est-ce un hasard? Certainement pas! Les bailleurs sociaux savent très bien où investir, où concentrer le plus d'efforts pour apporter satisfaction aux locataires. Ces catastrophes ne se produisent jamais à Suresnes, Levallois ou à Montrouge pour ce citer que ces villes. Là aussi est-ce un hasard? À vous de juger.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.