Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

474 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2018

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Une famille meurt sous les flammes à Aubervilliers : les bailleurs tous responsables

J'observe malheureusement que le drame qui s'est produit à Aubervilliers avant hier n'a pas ému grand monde, en tout cas pas les medias plus occupés à donner une tribune à Alexandre Benalla.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'observe malheureusement que le drame qui s'est produit à Aubervilliers avant hier n'a pas ému grand monde, en tout cas pas les medias plus occupés à donner une tribune à Alexandre Benalla pour qu'il puisse se défendre devant l'indéfendable. Pourtant c'est bien une mère et ses trois enfants qui sont morts brûlés vifs dans l'incendie de leur immeuble.

J'essaie d'imaginer la scène de chaos que cela a du être pour la famille défunte lorsqu'elle elle a vécu ses derniers instants et se sachant condamnée. Les mots ne suffisent pas pour exprimer toute l'horreur qu'elle a subie. Qui pour s'attarder sur ces anonymes et dénoncer avec virulence ce qu'il faut bien appeler un crime? Où sont les médias pour dénoncer les manquements manifestes des bailleurs sociaux (à par Mediapart)? A part encaisser les loyers et les charges, les bailleurs sociaux sont totalement absents lorsqu'il s'agit de réparer, d'entretenir les ascenseurs, de mettre aux normes de sécurité les immeubles. 


Ce que personne ne dit, c'est que derrière le dédain exprimé par les bailleurs aux locataires, il y a un rascisme devenu totalement ordinaire. Rappelons que dans ces immeubles vivent essentiellement des immigrés, des personnes en situation irrégulière, des familles françaises issues de la deuxième et troisième génération. En somme, des familles étrangères et des familles considérées pas 100% françaises si j'ose dire. J'ose le dire car les drames comme celui d'avant hier se produisent principalement dans le département de la Seine-Saint-Denis. Est-ce un hasard? Certainement pas! Les bailleurs sociaux savent très bien où investir, où concentrer le plus d'efforts pour apporter satisfaction aux locataires. Ces catastrophes ne se produisent jamais à Suresnes, Levallois ou à Montrouge pour ce citer que ces villes. Là aussi est-ce un hasard? À vous de juger.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP