Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

465 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 août 2022

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Pénurie de professeurs, tous ces jeunes qu'on sacrifie

Une pénurie de professeurs attend donc les élèves de collège et de lycée pour cette rentrée.  Un stress qui vient s'ajouter à une série d'inquiétudes sur la pénurie d'électricité, les pénuries de produits alimentaires et sur l'avenir sombre qui se dessine si l'on en croit le dernier discours du président de la République sifflant la fin de « l'abondance ».

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une pénurie de professeurs attend donc les élèves de collège et de lycée pour cette rentrée.  Un stress qui vient s'ajouter à une série d'inquiétudes sur la pénurie d'électricité, les pénuries de produits alimentaires et sur l'avenir sombre qui se dessine si l'on en croit le dernier discours du président de la République sifflant la fin de "l'abondance" pour ceux qui n'ont jamais connu l'abondance. 

Mais comment appréhender l'idée que son enfant n'aura peut-être pas de professeur de mathématiques, de français ou d'histoire-géographie ? Une situation totalement inconcevable il y a 20 ans. Est-on en train de sacrifier sciemment toute une génération dans l'indifférence générale? La perspective de savoir que des enfants "mal nés" auront sans doute une scolarité chaotique tourmente bien des parents mais les laisse parfaitement impuissants face à une situation qui est, il faut bien le reconnaître, l'émanation d'une volonté politique. 

Ce désamour de la population pour le métier d'enseignant n'est évidemment pas une surprise. Les salaires tirés inexorablement vers le bas, un point d'indice gelé depuis très longtemps et un manque de considération patent de plusieurs ministres qui se sont succédés à rue de Grenelle pour le corps enseignant ont eu raison de l'abnégation de nos professeurs. Sans parler des infrastructures éducatives laissées à l'abandon et du matériel qui manque cruellement pour assurer des cours dans certaines disciplines spécifiques. Sauf que la victime d'une situation aussi dramatique qu'inquiétante est toute une génération qui va se retrouver vraisemblablement privée des enseignements fondamentaux et donc d'un socle commun de savoirs de connaissances, la clé de voûte pour choisir son orientation plutôt que de la subir. 

Cette politique du rationnement qui touche particulièrement l'Education Nationale va donc fabriquer des freins supplémentaires à l'ascension sociale qui n'est déjà qu'un mythe et bien sûr de futurs décrocheurs. On peut d'ores et déjà imaginer que cette pénurie d'enseignants ne touchera tous les établissements. L'École alsacienne ou le lycée Henri IV seront selon toute vraisemblance épargnés par cette pénurie ce qui démontre sans grand étonnement cette fracture territoriale qui sépare et divise la communauté nationale. Certains pourront étudier la physique-chimie, les langues vivantes quand d'autres dans le département de la Seine-Saint-Denis par exemple puisque c'est dans le département où se concentreront les plus fortes pénuries de professeurs, seront livrés à eux-mêmes.

Emmanuel Macron promettait pendant la campagne présidentielle de 2017 un combat sans concession contre "l'assignation à résidence des jeunes défavorisés" selon ses propres termes. Il a fini par créer de ses propres mains cette assignation à résidence qu'il prétendait combattre. Une promesse non tenue de plus ou de moins, ainsi fonctionne la Macronie. 

Le désenclavement des cités ne se fait pas que par la présence de transports en commun qui seront d'ailleurs aussi manquants pour cette rentrée mais moyennant surtout des têtes bien pleines et bien faites à l'école. Or, des jeunes sans professeurs et sans moyens alternatifs de pallier à un sous-effectif devenu structurel mais exceptionnel pour cette année d'enseignants les condamne à un échec certain. C'est un véritable déterminisme social que cette politique du tout rationnement fait germer dans notre société. 

Mais tout n'est pas perdu. Ces jeunes laissés aux mains de politiques qui préparent méthodiquement leur échec scolaire pourront toujours conduire un VTC Uber pour le plus grand plaisir de notre président qui, faute d'avoir valorisé nos professeurs, a montré tout le volontarisme qu'il fallait pour faciliter l'implantation en France de la multinationale américaine. Voilà qui devrait rassurer leurs parents.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste