Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

429 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2021

Toutes ces questions sans réponses sur la troisième dose

Il faut faire confiance à la science, nous dit-on, car c'est bien la science qui est à l'origine du progrès technique et par bien des aspects du progrès social. Les vaccins contre le covid19 ont suscité et suscitent toujours beaucoup d'inquiétude auprès des non-vaccinés mais aussi auprès des vaccinés.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut faire confiance à la science, nous dit-on, car c'est bien la science qui est à l'origine du progrès technique et par bien des aspects du progrès social. Les vaccins contre le covid19 ont suscité et suscitent toujours beaucoup d'inquiétude auprès des non-vaccinés mais aussi auprès des vaccinés.

Il serait d'ailleurs intéressant de savoir quelle est la proportion des vaccinés qui sont convaincus du bénéfice de l'injection et de celle qui s'est faite piquer pour simplemt pour pouvoir reprendre une vie sociale devenue vitale après de longs moi de confinement. Malheureusement aucune étude sur le sujet alors qu'il serait très intéressant de savoir quel pourcentage de vaccinés fait encore confiance au vaccin. On sait qu'une part importante de la population a choisi la vaccination car le risque de perdre son emploi devenait de plus en plus concret. C'est donc bien par peur de sombrer dans une précarité sociale, morale et culturelle que la population s'est ruée massivement dans les vaccinodromes.

Mais la troisième dose commence à poser un sérieux problème de crédibilité du vaccin. Et pour cause, la vaccination massive était censée protéger la population dans son ensemble.
Presque 80 % de la population est aujourd'hui vaccinée mais voilà, cela n'a pas suffi à éradiquer le virus. Le vaccin est-il si protecteur? D'ailleurs le vaccin est-il vraiment un vaccin comme semble en douter le professeur Perrone face à Yvan Rioufol sur Cnews? La troisième dose n'ouvre-t-elle pas la voie à une quatrième dose, puis une cinquième? Le vaccin deviendrait-il une vache à lait en or pour les laboratoires pharmaceutiques? Allons-nous devoir nous faire injecter une dose de vaccin tous les ans jusqu'à la fin de nos jours? Autant de questions qui taraudent les esprits.

Les préconisations médicales se suivent et se contredisent sans que les citoyens n'y comprennent grand chose. Le vaccin semble en tout cas prendre le même chemin que celui des masques qui étaient "inutiles" jadis selon les termes d'Olivier Veran lors de la première vague. Si deux doses sont moins efficaces que trois doses, la logique arithmétique n'incite-t-elle pas à une histoire sans fin? De plus en plus de vaccinés sont désormais admis dans la hôpitaux. Alors qui croire? Et pourquoi encore obliger la population à se faire injecter un produit en lequel elle a de moins en moins foi? Il faut ajouter que la méthode coercitive employée par l'exécutif renforce le doute sur l'efficacité de ces supposées nouvelles biotechnologies.

Faire accepter cette troisième dose ne sera en tout cas pas une mince affaire dans un pays cartésien comme la France et conditionner l'injection à la permission d'une vie sociale ressemble furieusement à un fascisme moderne qui ne dit son nom.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali
Journal
Le socialiste portugais Antonio Costa rêve de majorité absolue
Les législatives anticipées se dérouleront le 30 janvier sur fond d’explosion des cas d’Omicron. L’abstention pourrait grimper. Le premier ministre espère parvenir à gouverner sans l’appui de ses anciens alliés de gauche, mais le pari semble difficile.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot