Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

451 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juil. 2020

Gérald Darmanin "s'étouffe" quand il entend parler de violences policières

Quand la provocation n'a plus de limite, ça donne Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur. Ce dernier a dit en commission des lois hier à l'Assemblée Nationale "quand j'entends le mot violence policière, moi personnellement je m'étouffe".

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand la provocation n'a plus de limite, ça donne Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur. Ce dernier a dit en commission des lois hier à l'Assemblée Narionale "quand j'entends le mot violence policière, moi personnellement je m'étouffe". 

"J'étouffe" sont les derniers mots de Cédric Chouviat avant qu'il ne succombe à son interpellation violente. Le scandale n'est visiblement jamais très loin avec monsieur Darmanin qui utilise délibérément une sémantique visant à provoquer les détracteurs de ces violences policières. Utiliser les mêmes termes que ceux prononcés par Cedric Chouviat avant sa mort n'est pas un hasard. Ils envoient un message clair destiné à l'opinion publique convaincue que l'institution policière pose un vrai problème de légitimité quant à la violence pratiquée sur les citoyens.

Bon nombre de policiers salissent l'uniforme et déshonorent tout une profession. Les nombreux enregistrements et signalements démontrent sans détour ces dérives qu'on peut aujourd'hui qualifier de systémiques. Et entendre Gérald Darmanin utiliser un terme que notre inconscient collectif associe désormais à la mort de Cedric Chouviat s'inscrit dans la démarche de légitimer coûte que coûte cet appareil sécuritaire pourtant décriée par une majorité de Français.

En plus d'être accusé de plusieurs viols, voilà notre ministre de l'Intérieur qui s'accapare les mots sinistrement connus d'une défunt. Quelques semaines à place Beauvau auront suffi à donner la nausée aux féministes et aux militants contre les violences policières. Cette maladresse qui n'en est pas vraiment une aura au moins permis de maintenir l'affaire Cedric Chouviat sous le feu des projecteurs. D'autant que celle-ci recèle plusieurs zones d'ombres qui doivent être éclaircies car tout porte à croire que le père de famille a bien été étouffé suite à son plaquage ventral.

Gérald Darmanin va pourtant devoir s'habituer à ces critiques vis-à-vis de l'administration qu'il dirige et surtout redresser la barre de ses prestations calamiteuses car, ni ses leçons de vertu à Saint-Etienne-du-Rouvray, ni ses airs de vierge effarouchée ne feront oublier aux citoyens qu'il est accusé d'avoir exigé des fellations à des femmes en situation de faiblesse contre ses interventions grâce aux pouvoirs que lui confèrent ses mandats politiques.

Espérons qu'il ne commettra pas l'impair de dire la prochaine fois lorsqu'il entendra parler de violences policières "je ne peux plus respirer"...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut