De violentes émeutes en Suède après qu'un groupe d'extrême droite ait brûlé le Coran

On apprend que le quartier de Malmö en Suède est en proie à des émeutes jamais vues après qu'un groupuscule d'extrême-droite Stram Kurs ait brûlé le Coran.

On apprend que le quartier de Malmö en Suède est en proie à des émeutes jamais vues après qu'un groupuscule d'extrême-droite Stram Kurs ait brûlé le Coran.

Un tel geste n'a bien évidemment rien à voir avec la liberté d'expression ou de pensée. Brûler un livre sacré qui régit la vie cultuelle, sociale et familiale de plusieurs milliards d'individus dans le monde n'est rien d'autre qu'une provocation gratuite qui exprime la haine violente des auteurs de ce geste vis-à-vis d'une communauté. Un acte militant dirons certains sous les applaudissements d'une intelligentsia bien établie. La fachosphère est en roue libre depuis déjà trop longtemps et voir un groupe brûler le Coran n'est que la continuité de ce que les internautes observent quotidiennement sur les réseaux sociaux.

L'islamophobie a désormais une place de choix sur les principales plateformes numériques sans que les auteurs des comptes incriminés ne soient poursuivis pour incitation à la haine raciale. Damien Rieu pour ne citer que lui jouit d'une impunité exceptionnelle. Une impunité qui s'explique par des propos ouvertement islamophobes publiés sur Twitter sans que les modérateurs du petit oiseau bleu ne soient jamais intervenus pour recadrer l'activiste des réseaux. Comment s'étonner dans ce cas qu'un groupe d'inspiration islamophobe décide de brûler face caméra le Coran?

Ces émeutes en Suède doivent être l'occasion de sonner la fin de la récréation en France. La parole raciste y est devenue libre et décomplexée sous couvert de liberté d'expression bien sûr. Un concept totalement dévoyé de ses fondamentaux intellectuels et utilisé dans le seul but de faire du musulman le seul et unique responsable de tous les maux de la société (chômage, précarité, fraude sociale, délinquance, criminalité). Eric Zemmour, Alain Finkelkraut Caroline Foureste et bien d'autres continuent à surfer sur cette vague islamophobe qui est décidément bien tendance. Jusqu'au jour où on comprendra que les crimes contre l'humanité ont commencé par la théorisation d'une communauté inférieure aux autres par le seul fait de ses coutumes et de ses différences. La France qui a gardé intact le camp de concentration Natzweiler-Struthof pour se rappeler à tout jamais de son forfait moral commis pendant la seconde guerre mondiale n'a toujours pas compris que les leçons à retenir doivent s'adapter à sa propre époque.

En l'espèce, la poussée xénophobe puissante relayée par les médias montre bien que la France est prête à rééditer son sinistre exploit en mettant sur le bancs des accusés le musulman, jadis le juif, un bouc emissaire idéal et même le seul qui puisse faire oublier le coronavirus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.