Steve est mort assassiné par la police mais justice ne lui sera pas rendue

Le rouleau-compresseur médiatique est en marche à l'unisson pour convaincre l'opinion publique qu'il n'y a pas de lien de causalité entre la mort de Steve et la charge policière. Il peut compter sur ses copains Drahi (BFM) Niel (Le Monde) et Bolloré (itele).

Le rouleau-compresseur médiatique est en marche à l'unisson pour convaincre l'opinion publique qu'il n'y a pas de lien de causalité entre la mort de Steve et la charge policière. Emmanuel Macron peut compter sur ses copains Drahi (BFM) Niel (Le Monde) et Bolloré (itele) pour lancer cette symphonie bien huilée. 

BFM, itele, Les Informés et tous les médias mainstream sont sur le pied de guerre pour nous abreuver de théories toutes aussi farfelues les unes que les autres. Bien sûr que nous ne croirons pas à ces balivernes comptées par des gens qui ne font que lire leur prompteur car chacun sait qu'un journaliste digne de ce nom ne peut pas officier sur ces medias. Seulement, il va falloir apprendre à vivre avec l'injustice au quotidien car nous vivons une époque où la ferveur populaire s'est totalement vidée de sa substance.

Les parents de Steve pourront attenter un procès contre l'institution policière pour honorer la mémoire de leur fils. C'est peine perdue. Justice, police, deux institutions clés de notre pays aux mains de l'exécutif qui en jouit au gré de ses envies et surtout de ses propres intérêts.
Pas de fatalisme. Simplement le réalisme d'une conjoncture que j'observe où chanceux sera celui qui n'a pas croisé un policier enragé ou un magistrat aux ordres pour réciter la loi faite sur mesure pour mater les plus faibles. Cette même loi que ce magistrat ne prononcera jamais face aux puissants.

L'IGPN a déjà conclu qu'il n'y avait aucun lien entre la mort de Steve et l'intervention de la police près de la Loire. Un tel déni donnerait presque à sourire s'il n'était pas question d'une vie partie trop tôt.

L'injustice et la répression dans le sang comme moyens de museler toute forme de désobéissance? C'est bien le mot d'ordre du gouvernement pour continuer à se maintenir et nous, héritiers de Marianne, Jaurès et Robespierre devrons accepter toutes les dévastations sociales et environnementales car le prolétariat a perdu la guerre contre les élites. Le reveil des consciences aura bien lieu un jour mais quand?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.