Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

418 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2021

Benjamin Griveaux devient présentateur télé d'une émission économique

Benjamin Griveaux va devenir présentateur télé. Non ce n'est pas une blague. Celui qui a envoyé des vidéos de lui nu à une femme qu'il connaissait à peine va bien être à l'antenne sur la chaîne BSmart pour animer une émission économique avec une ancienne journaliste de BFMTV.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Benjamin Griveaux va devenir présentateur télé. Non ce n'est pas une blague. Celui qui a envoyé des vidéos de lui nu à une femme qu'il ne connaissait pas va bien être à l'antenne sur la chaîne BSmart pour animer une émission économique avec une ancienne journaliste de BFMTV.
Les téléspectateurs seront-ils capables de voir en Benjamin Griveaux autre chose qu'un homme qui s'est exhibé face à une caméra pour l'envoyer à une parfaite inconnue? Rien n'est moins sûr surtout en ces temps de défiance vis-à-vis du personnel politique. Il faut se souvenir que cette sextape avait défrayé la chronique. Benjamin Griveaux était alors candidat à la mairie de Paris, une candidature qui n'aura duré que quelques semaines. Le voici maintenant aux manettes d'une émission sérieuse où il sera question d'économie. L'élite médiatique et politique voudrait se moquer du peuple qu'elle n'y parviendrait pas de meilleure manière. Ce macroniste de la première heure va donc nous expliquer les mécanismes de la croissance, de la production et de la consommation avec un aplomb déroutant. C'est vrai qu'il en faut de l'audace pour se montrer encore à la télévision après une séquence comme celle dans laquelle il s'est illustré. De l'audace ou de l'indécence? C'est toute la question qu'on peut se poser en apprenant cette nouvelle qui a fait beaucoup réagir.
On ignore avec quelle crédibilité Benjamin Griveaux se présentera dans le salon des Français car on croyait cet ancien porte-parole du gouvernement complètement cramé. Mais c'était sans compter sur la solidarité de ce microcosme parisien bourgeois qui sait se renvoyer l'ascenseur quand il le faut. Dans un pays scandinave par exemple, un personnage comme Benjamin Griveaux serait déjà condamné à l'oublie pour le restant de ses jours mais en France c'est la prime à la casserole. Il faut collectionner les impairs, le déshonneur et les condamnations pour réussir au sein de l'élite politico-médiatique. Benjamin Griveaux ne sera certainement pas le chroniqueur de l'année, pas plus qu'il n'a marqué les esprits en tant que secrétaire d'Etat. Cette nouvelle opportunité ressemble bien à un job alimentaire pour le candidat malheureux à la mairie de Paris car oser se montrer face caméras après une telle déconvenue qui a fait le tour du monde est une honte absolue. C'est d'ailleurs le drame de la classe politique française. Elle n'a honte de rien pour remplir son portefeuille et Benjamin Griveaux en est le parfait exemple.
Il n'est d'ailleurs pas exclu qu'il puisse briguer à nouveau un ministère si Emmanuel Macron venait à rempiler pour un seconde mandat car en Macronie, tout est possible, surtout le pire!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau