Walid Cherqaoui
Militant politique et associatif
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2018

Les revendications des syndicats pénitentiaires, entre mauvaise foi et corporatisme

Walid Cherqaoui
Militant politique et associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est patent que la sécurité est un des sujets de prédilection des médias français. Et pour qu’ils se saisissent du dossier carcéral, le syndicat du mouvement des surveillants en grève a, au lieu d’exposer des revendications de meilleures conditions de travail, préféré jouer la carte de la sécurité des surveillants. 

Des luttes intestines

Mission réussie : en janvier dernier, les médias ont jeté lumière sur le prétendu plus important mouvement d’agitation des surveillants depuis plus de 25 ans en France, qui a fini par accoucher d’un accord entre le syndicat UFAP-UNSA et le ministre de la Justice. 

Tout commence le jeudi 11 janvier 2018 lorsqu’un détenu d’une maison centrale du Pas-de-Calais agresse physiquement trois surveillants. En conséquence, les syndicats réclament la démission de Richard Bauer, directeur de l’établissement pénitentiaire concerné. Pour sa part, le ministre de la Justice refuse de donner suite favorable à cette demande : Richard Bauer continue d’exercer ses fonctions. 

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. 139 établissements pénitentiaires sont bloqués à la demande de la CGT pénitentiaire et FO pénitentiaire. Les revendications des syndicats se réduisent à trois mots : sécurité, indemnité, statut. 

Des revendications donnant lieu à un accord lourd de conséquences

Mettons l’accent sur la première revendication. Ces deux syndicats demandent que les détenus les plus dangereux soient isolés dans des quartiers avec des normes de sécurité renforcées. De plus, ils réclament l’abrogation de l’article 57 de la loi pénitentiaire en vertu duquel la fouille de détenus n’est autorisée que dans certains cas. 

Au bout de douze jours, un accord a été signé. Celui-ci prévoit plusieurs mesures, notamment le droit aux fouilles inattendues de cellules, l’évaluation des détenus radicalisés et la création de 1500 places supplémentaires réservées aux détenus islamistes, terroristes et radicalisés.

Si l’on pense que cet accord sera garant d’une accalmie, ne serait-elle que passagère, les sources d’inquiétude sont multiples. 

En effet, le problème trouve son origine dans le phénomène du surpeuplement carcéral et les conditions de détention des détenus inhumaines et indignes. Rappelons que selon l’Observatoire international des prisons, la population carcérale a atteint, au 1er janvier 2018, 68 974 détenus pour 59 765 places, soit une surpopulation de 115 %. 

D’après ces chiffres, il devient évident que les détenus, privés de conditions d’incarcération dignes et respectueuses des droits de l’Homme, revendiquent leurs droits, mais surtout leur existence qu’on s’efforce de faire disparaître comme on gomme une rature, par le biais de la violence. Celle-ci, quoiqu’elle soit condamnable, demeure le seul moyen à leur disposition pour faire entendre véritablement leurs voix et prend généralement pour cible première les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, en l’occurrence les surveillants. 

Autre source d’appréhension : la crise de légitimité des syndicats. À l’image des partis politiques, les trois syndicats qui représentent le système carcéral ont épousé le corporatisme. Leurs revendications n’ont plus de fond et de cohérence, mais concernent essentiellement des dispositions statutaires et matérielles. À propos de la dernière grève, seul l’UFAP exige des réformes en faveur des détenus et de leurs familles.

En somme, il est indéniable que la fonction de « surveillant pénitentiaire » est délicate, mais le corporatisme des syndicats — et leurs récentes revendications sans tête ni queue ! – ne fera qu’attiser leur haine envers les détenus. Il serait alors plus judicieux que les syndicats pénitentiaires se recentrent sur la nécessité de la refonte du système carcéral dans son intégralité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra