Klee Benally ou les voies de la Résistance

Klee+Benally-Respect+Existence+or+Expect+Resistance+verso+CD+2013.jpg

Klee Benally est dineh-navajo, chanteur du groupe punk navajo BLACKFIRE. Il est aussi chanteur et danseur traditionnel, activiste de longue date et investi dans différents projets et collectifs ; il est aussi réalisateur de documentaires. En octobre il a fait une tournée européenne afin de présenter le projet SILEI, centre autogéré culturel pour la jeunesse dans leur réserve Navajo en Arizona.

http://oybm.org/silei 

LE PROJET SILEI (UN CENTRE POUR LES ARTS ET L’ACTIVISME COMMUNAUTAIRE DINEH-NAVAJO)

Classe Contre Classe -


FLAGSTAFF, Arizona – Outta Your Backpack Media (OYBM) et Táala Hooghan Infoshop ont joint leurs forces avec un nouveau groupe bénévole appelé Siléi Projet d’Emancipation de la Communauté (SCEP) pour acheter un centre communautaire de 420 m2 consacré à l’activisme social et environnemental.

Depuis 5 ans OYBM et Táala Hooghan ont travaillé ensemble pour fournir un accès aux arts, les ressources nécessaires aux activistes, à l’émancipation de la jeunesse Autochtone, une salle ouverte à tous les âges pour les musiciens, et beaucoup d’autres choses.
« Nous avons profondément réfléchi, avons eu des heures et des heures de réunions, avons consulté d’autres organisations et des Anciens, et avons décidé que non seulement c’était possible, mais que cela nous assurerait la longévité de notre vision et nous permettrait d’être plus efficaces dans notre travail. » dit Klee Benally, un bénévole de Siléi. « Nous sommes profondément engagés pour assurer que cette ressource communautaire vive pour les générations à venir. »
« Nous avons déjà reçu beaucoup de soutien et d’encouragement de la part de nos amis et de nos voisins, » dit Ned Del Cajello, une bénévole d’OYBM et de Táala Hooghan. « Nous sommes convaincus que grâce aux dons, aux collecteurs de fonds de la communauté, des occasions d’emprunts, le jumelage de fonds et d’autres activités de collecte créatives, nous arriverons à acheter le bâtiment. »
Actuellement les groupes ont mis en route une campagne de financement communautaire sur Rockethub. Ils ont jusqu’au 3 octobre 2012 pour récolter 10000 dollars pour les coûts dont l’apport initial.
En faisant des dons au financement communautaire, les donneurs peuvent recevoir des cadeaux, entre autres une compilation de soutien, des livres signés, un T-shirt, et même une participation à des ateliers de cinématographie.
12% des fonds avaient été réunis à daté du 14 septembre 2012.
Siléi va garder et gérer le lieu pour assurer que les buts et la vision du centre soient maintenus pour de nombreuses années à venir. Ceci inclut le projet de garder le bâtiment et la propriété pour les seuls buts de justice sociale et environnementale de la communauté au-delà de la viabilité prévisible des projets actuels tels que OYBM et Táala Hooghan.
OYBM va devenir un institut la justice dans les média et les arts pour la Jeunesse Indigène qui permettra une formation tout au long de l’année sur la justice dans les média et une production audiovisuelle soutenant la justice culturelle et écologique dans et autour du Sud-ouest des Etats-Unis.
Táala Hooghan Infoshop mettra en pratique sa déclaration d’action pour « l’émancipation de la jeunesse et de la communauté en générale dans l’action pour un monde plus juste et plus durable » en ayant un lieu plus sûr où les gens savent qu’ils peuvent aller en confiance pour trouver des informations et des ressources.
« En ce moment, il n’existe pas d’autre centre de ressources pour la communauté en Arizona, et il est impératif qu’un lieu comme Táala Hooghan devienne encore plus viable afin que l’information sur les efforts des organisations de base, ignorés par les média officiels, continue à circuler en Arizona. » dit Hailey Sherwood, une bénévole de Táala Hooghan.http://www.csia-nitassinan.org/spip.php?article361

  • Par ailleurs, Klee Benally a aussi mené des actions fortes de résistance contre la destruction des San Francisco Peaks :

Dimanche 14 août 2011

FLAGSTAFF, Arizona – Le Navajo Klee Benally s’est enchaîné à une excavatrice sur la Route de Snowbowl samedi 13 août, après qu’une machine ait interrompu une assemblée de prières sur les Pics San Francisco. Rudy Preston, agent de liaison avec la police de Protect the Peaks, et Mary Sojourner, écrivain, ont été arrêtés. Ils ont tous deux été libéré sous caution de la prison du comté de Coconino, d’après un message envoyé à Censored News à 1h30 du matin, dans la nuit de samedi à dimanche.

Enchaîné à une excavatrice, Klee déclara « C’est ici que nous traçons une ligne rouge, c’est ici que nous disons ça suffit ! »

« Vous êtes des criminels. Vous autorisez la profanation de ce qui nous est sacré. Vous menacez notre survie culturelle. »

« Quelle part de la notion de sacré ne comprenez-vous pas ? » poursuivit Benally. Ses mots furent répétés par des supporters rassemblés sur le site lorsque la police arriva et qu’un agent du Service des Forêts surgit des bois d’où il les avait filmés.

Benally, toujours enchaîné à l’excavatrice, ajouta « Ceci n’est pas un jeu. Ce n’est pas du spectacle. Ce n’est pas pour les média. C’est pour empêcher cette profanation de continuer. »

Ces mots furent répétés en écho par les autres Amérindiens rassemblés pour bloquer la destruction.

L’écrivain de Flagstaff Mary Sojourner et l’agent de liaison avec la police de Protect the Peaks Rudy Preston furent arrêtés sur place. Preston a été inculpé de deux chefs de trouble à l’ordre publique et d’intrusion illicite. Sojourner a été inculpée tard dans la soirée de dimanche. Klee Benally a été cité à comparaître pour trouble à l’ordre publique puis relâché.

Klee Benally a une réputation internationale comme chanteur du groupe de frères et sœur Navajo Blackfire et comme organisateur d’efforts de défense des San Francisco Peaks contre la destruction.

Mary Sojourner est auteur de deux romans, Sisters of the Dream et Going Through Ghosts ; d’un recueil de nouvelles, Delicate ; d’un recueil d’essais, Bonelight : ruin and grace in the New Southwest ; de mémoirs, Solace : rituals of loss and desire et She Bets Her Life.

Avant l’action de ce dimanche, 17 personnes avaient été arrêtées au cours des huit derniers jours, alors que des Navajos, des Hualapais, des Hopis, des O’odham et d’autres Amérindiens protestaient contre la destruction des montagnes sacrées.

Il est demandé aux touristes de boycotter la station Arizona Snowbowl, propriété d’Eric Borowsky de Scottdale (Arizona).

Pendant la semaine d’action, Protect the Peaks a manifesté devant le siège du Service des Forêts, l’Hôtel de Ville de Flagstaff, et le siège de High Desert Investment Company. High Desert Investment Company, responsable de l’abattage massif d’arbres sur les Pics San Francisco, est la propriété de G. Allen Ribelin, qui possède aussi High Investment Logging à Flagstaff.

La station Arizona Snowbowl a l’intention de fabriquer de la neige pour les touristes à partir d’eaux usées recyclées. Treize Nations Amérindiennes considèrent les montagnes comme sacrées. Les « medicine men » y cueillent des plantes médicinales et y organisent des cérémonies.

L’abattage d’arbres plusieurs fois centenaires a déjà commencé, pour faire passer le pipeline (qui doit amener les eaux usées) et autres projets de l’industrie du tourisme.

Les jeunes Amérindiens sont prêts à se faire arrêter pour mettre un terme à la destruction.

outta+two.jpg

spiritualwarrioryes600.jpg

http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=305

  • De plus la

LA COMPAGNIE CHARBONNIERE PEABODY COAL A VOLE 1 MILLION DE VESTIGES NAVAJO ET HOPI SUR BLACK MESA

http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?cat=16

On April 25, 2013, in AMERINDIENS EN LUTTE/NATIVE AMERICAN STRUGGLES, Big Mountain/Black Mesa, Navajos, by Chris P

 

  • Mais malgré tout cela, le partage et la convivialité restent des valeurs essentielles :

http://www.lecoindejoelle.com/blog/2010/11/cuisine-us%C2%A0navajo-fry-bread-%E2%80%A2-pain-frit-navajo/

  • Ainsi que la musique :

http://vimeo.com/album/2579852/video/77995635

 

Les immigrés illégaux européens n'ont vraiment aucun scrupule....

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.