Une dame âgée de 85 ans expulsée manu militari de son domicile

https://www.youtube.com/watch?v=bIHkhLTnqfg

https://www.youtube.com/watch?v=bIHkhLTnqfg

 

Le fil de la journée avec Mme Nadine Zuli : Mme Nadine Zuli. expulsée le 12 juillet s'est rendue en début d'après-midi dans le hall de son immeuble.
Un voisin l'a découverte dans l'entrée.
(Voir vidéo et commentaires postés par un voisin) .
Elle demande à retourner chez elle, où elle vivait paisiblement
Elle s'est rendue ensuite accompagnée par un autre voisin médecin auprès de...  l'association qui assure la tutelle. Il estime qu'elle doit être suivie, ayant une affection de longue durée.
La police vient la chercher et la conduit à l'hôpital Lariboisière
Elle est déposée aux urgences en fin d'après midi.
Après consultation, elle reste à l'hôpital ce soir.

Sur l'origine de l'expulsion :
Nous avons un début d'explication sur les causes qui ont conduit à l'expulsion.
Il ne s'agit pas d'un viager, contrairement aux 1ere informations dont nous disposions.
Nadine Zuli. nous a expliqué qu'elle a vendu son logement fin 2006, a un prix  modéré (peu d'informations sur le montant de la vente) , ayant besoin
d'argent pour la société d'édition qu'elle a créée.
En "échange", un bail est signé avec le nouveau propriétaire qui lui assure  "un bail à vie", contre un loyer de 750€. (Logement dans un immeuble récent,
de 55m2 environs).
Quelques années plus tard, l'URSSAF ponctionnant la plus grande part de sa  retraite, une dette de loyer se constitue. Elle est assignée au tribunal  d'instance en janvier 2014, pour une dette de 4000€ environs.
Manifestement elle ne se défend pas (peut-être n'est-elle pas au courant de  l'audience, ou ne prend-t-elle pas au sérieux l'assignation).
En effet une dette de ce montant, peut être aménagée avec les dispositifs de  prévention existants, par la possibilité de délais de paiement, et surtout une procédure de surendettement, qui peut apurer l'une ou l'autre dette, et  suspendre l'expulsion.

3 ans plus tard Nadine Zuli. est expulsée de son logement (après avoir été  mise sous tutelle en septembre 2016) et laissée sur le trottoir avec une  adresse d'hôtel pour 15 jours.

Cette dame aurait dû être aidée face à la dette, maintenue dans son logement, et accompagnée comme de nombreuses personnes âgées en perte  progressive d'autonomie.

Aujourd'hui, les personnes âgées qui ont construit notre prospérité doivent  être mieux protégées dans une société où la cupidité prime, et dans tous les  cas il n'est pas admissible qu'elles soient expulsées de leur logement, et  encore moins laissées sur le trottoir, choquée et traumatisée.

Mme Nadine Zuli. est une scientifique, reconnue, ayant enseigné dans de nombreuses facultés, et écrit des livres sur la psychologie. Elle a notamment enseigné à Vincennes après avoir travaillé avec Frédéric Joliot Curie, prix Nobel de chimie.

Samedi 22 juillet

à 14h

une conférence de presse organisée par le DAL aura lieu devant son immeuble

24, quai de la Loire 75019 Paris

Il me semble que cette dame connue depuis longtemps dans le quartier pour sa générosité et à qui on a arraché son chat vieux de 19 ans, qui a été une chercheuse reconnue mérite mieux que d'être traitée avec une telle brutalité. l'argent ponctionné par l'URSAFF l'a été à tort - ce qui a été reconnu - mais le mal était déjà fait. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.