webtg
Médias, journalisme, actualités suisses, genevoises et internationales
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2011

La Tribune de Genève se présente

webtg
Médias, journalisme, actualités suisses, genevoises et internationales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Tribune de Genève est un quotidien suisse francophone. Il a été fondée en 1879 par James T. Bates, un banquier américain. Depuis 1991, elle a rejoint le groupe Edipresse. Après la faillite de son concurrent direct le journal La Suisse, en 1994, La Tribune de Genève est le seul quotidien populaire d’importance sur le sol genevois.

En résumé, la Tribune de Genève est:

Une journal quotidien d'information, disponible aussi en version électronique

Un site web

Un portail de blogs de personnalités genevoises

Le fondateur de La Tribune de Genève est le fils d'un armateur de Boston. Il y naît en septembre 1844. Il s'engage dans l'armé nordiste durant laGuerre de Sécession. Au terme de cette dernière, il retourne à la vie civile avec le grade de colonel. Il devient agent de change à la Bourse de New-York. Il entre ainsi en contact avec Arthur Chenevière, un banquier genevois. Celui-ci l'invite à venir lui rendre visite s'il vient en Europe. Il débarque donc dans la cité du bout du lac et tombe amoureux de la fille de son hôte, Amélie. Le mariage est célébré en 1873. Le jeune couple quitte Genève pour y revenir, l'épousée ne se plaisant guère Outre-Atlantique. Là, Bates fonde l'Union Bank of Switzerland et un journal d'expression anglais, le Geneva Times, en 1876. Ce dernier deviendra La Tribune de Genève en 1879. Il s'éteint en 1914.

Pour les Genevois, La Tribune s’appelle affectueusement la Julie. D’où lui vient ce surnom ? Georges Favon, à l’époque rédacteur en chef du titre concurrent Le Genevois, piquait une crise lorsque sa belle sœur, qui se prénommait Julie et qui résidait chez lui, lui demandait, à chaque fois qu’il rentrait à la maison, s’il pouvait lui prêter la Tribune. Elle est donc devenue le journal de Julie. Auparavant, il l'appelait irrévérencieusement la "Meunière de Bel-Air", son siège était alors à la place Bel-Air. Mais pourquoi La Tribune? Ce titre vient d'Amérique. C'est à un des premiers rédacteurs qu'on le doit, Louis Wuarin, qui était aussi le gendre du directeur du Journal de Genève, M. Adert. Wuarin revenait de New York où la New York Tribune lui avait souvent passé par les mains. "J'ai tout d'abord trouvé ce terme de "tribune" un peu bizarre, avouera-t-il plus tard, comme tous les néologismes et toutes les modes à leur naissance, mais il avait l'avantage d'être neuf et "inviting".

Avec l'arrivée de la nouvelle formule en octobre 2010, La Tribune met en avant ses objectifs rédactionnels: approfondir et décoder l'information pour le lecteur, donner une place plus importante au reportage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu