wildpalms
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2010

Le rapprochement est il impossible ?

wildpalms
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'avais déjà écrit un billet sur le sujet où je m'interrogeais sur la probable candidature de Mr Strauss-Khan pour les élections présidentielles de 2012. Comprenons nous bien, je n'anticipe ou ne formule en rien le souhait d'une victoire de DSK.

Simplement, et c'est un peu le coeur de ce billet, plus je tourne et retourne les scénarios possibles et plus il me vient une question à l'esprit : DSK est il de gauche ?

A mon sens la réponse à cette question est clairement : NON ! Mais force est de constater que son silence n'est qu'un leurre puisque tout un microcosme s'active pour rendre évident le moment ou DSK se déclarera et logique sa candidature dans un cadre alors bien préparé.

Imaginons que DSK se présente aux primaires de PS (Mais ce n'est pas un postulat) et qu'il devienne le candidat officiel du mouvement. Comment réalise t-il l'union de la gauche en sortant du FMI (pour ce citer que ce point) avec le NPA ou les écolos par exemple ? Certe, l'appât du gain et des bonnes places permettent d'effectuer de grands écarts mais gare à la suite dans ce cas !

Parceque pour faire cette union il va falloir en lacher un paquet de bonnes places ! Les Manuel Valls et autres qui s'activent pour préparer l'arrivée de DSK ne le font pas gratuitement non plus ! D'ailleurs, concernant ce dernier, j'ai pu noter un petit coup de barre néo libéral dans son discours depuis quelques mois qui en dit long sur les suites envisagées ... Mais l'après 2012 ... C'est un autre sujet

Alors bien entendu, se passer complètement du PS, ou du moins de certains de ses électeurs n'est pas envisagé mais ... Peut être "notre amis" imagine t-il aussi de ratisser un peu plus large électoralement parlant ?

Etre le candidat du PS avec un enferment dans des idées d'un électorat de gauche qui tend à se radicaliser ne l'interesse peut être pas ? De plus, un cuisant échec au primaire est il un risque à courir à ses yeux ? N'oublions pas que DSK est un mondialiste et un néolibéral convaincu !!!! Très apprécié dans le milieu des affaires et des banques !

Mais alors avec qui aller frayer?

Et oui !! Après tout ... Pourquoi forcément être LE candidat du PS ? Il y a d'autre options qui permettent de conserver un attrait au yeux d'une certaine gauche tout en n'effrayant pas trop à droite ... Voir, tout en séduisant les électeurs de cette dernière !

Dans cette optique, le MODEM ou, plus exactement F.Bayrou, constitue une option à considérer de plus près. Si l'on prend des lunettes sociales démocrates (en terme de courant de pensée plus qu'en courant politique) DSK et FB ne sont pas aux antipodes l'un de l'autres. Chacun séduit de son côté sans trop repousser en face ... Une sorte de vrai centre partant de la droite vers la gauche....Moyennant une bonne place dans un ministère important voir, devenir chef du gouvernement, pourquoi F.Bayrou refuserait il ?

Personnellement, mais je peux me tromper, je ne vois pas comment le président du MODEM peut raisonnablement se présenter en 2012 et espérer ne pas se prendre une bâche supplémentaire au risque de faire exploser son mouvement ... Alors pourquoi pas ?

De plus, qui cela choquera t-il au MODEM justement ? Pas tant de personnes que celà !

Si l'on ajoute une éventuelle candidature de Sarkozy qui débecte tant à gauche qu'à l'UMP et un nombre inconnu (mais Fillon et Villepin sont plausibles) de candidats à droite qui diviseront d'autant cet électorat ... C'est jouable pour le second tour ! Il suffit de créer au préalable un mouvement de circonstance ...

Justement, ce second tour est intéressant !!

Soit le conglomérat DSK/Bayrou est face à Sarko et dans ce cas les premiers sont assurés d'un bon report de gauche mais aussi d'électeurs UMP et de droite qui ne supportent plus l'acuel Président, soit ils sont face à un candidat fortement marqué à gauche ou à droite et là encore ... Ils ne sont pas sans atout.

Il y a encore dans notre pays toute une petite et moyenne bourgeoisie, toute une classe moyenne de cadres, commerçants ou autres professions libérales et je ne parle pas du MEDEF qui n'ont rien à craindre d'un tel mariage politique au fond ...Et ce sont des gens dont le vote compte encore en terme numéraire. Surtout si il y a une forte abstention populaire !!

Et avec DSK ... Qui osera ensuite descendre dans la rue ? N'aurions nous pas cette paix sociale (même de façade) dont ont tant besoin les patrons du CAC40 et les banquiers pour poursuivre leurs exactions ?

Bien entendu, ce scénario suppose la réalisation de beaucoup d'autres choses d'ici 2012. Je ne dis pas non plus que ce serait bon ou mauvais et qu'un tel moyen de gouvernance débouche sur le succès pour les citoyens, mais je pense que c'est une option envisageable.

Et une fois au pouvoir le gros de la crise étant derrière c'est une voie nettement moins difficile qu'il restera à suivre ... Les gros sacrifices et leurs effets seront imputables à l'UMP et l'actuelle gouvernance ... Franchement je pense que c'est jouable. Et à la question "Le rapprochement est il impossible ?" je serai tenter de répondre NON !!

L'avenir nous dira la suite....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO