mais comment faire ?

A priori c'est officiel Monsieur Woerth vient d'être blanchi par l'administration adéquate concernant les faits que tout le monde connait maintenant.

 

Ce point m'inspire quelques réflexions la première étant qu'une administration n'est pas la justice. Reste à voir ce que,justement, la justice en dira le moment venu. On peut imaginer de garder confiance quelle que soit la dite réponse.

 

En tous cas, conserver cette confiance avec l'espoir qui l'accompagne est crucial car, que peuvent vôter des citoyens à ce point écoeurés qu'ils utilisent leurs bulletins de vote non pas pour se défouler .... Mais bien pour se venger ????

 

Plus effrayante encore serait la situation d'une abstention massive. Et si je dis celà c'est parceque si des mouvements défouloir comme le FN ou la LCR n'ont plus ces rôles .... Qui va les avoir ? Une secte ? Un mouvement fasciste (et réellement celui là) ? Ou pire encore ?? Je n'ose même pas imaginer la situation si l'on découvre que des ténors de la gauche ont également bénéficiés des largesses de L.Bettencourt ou d'autres milliardaires.

 

En effet, j'ai du mal à imaginer que des personnes aussi riches puissent se contenter de na pas envisager d'alternance politique en mettant tous leurs oeufs dans le même panier ..... J'ai du mal je l'avoue !

 

Une démocratie est un équilibre social subtil et fragile ... C'est à ce niveau que j'en veux le plus à nos gouvernants. Même si Monsieur Woerth était blanc comme neige avec preuves à l'appuie, comment ont ils pu prendre un tel risque démocratique dans une période comme la nôtre ?

 

Ont ils à ce point oubliés que le jusqu'au-boutisme est une véritable provocation ? Que c'est une forme de violence qui pourrait en appeller une autre dont personne ne veut ?

 

J'espère sincèrement que nous sortirons sans cicatrices de cette situation. Dans le cas contraire je n'arrive même pas à imaginer ce qui pourrait en ressortir à long terme.

 

Quand des hommes et des femmes vérouillent une société au niveau de ses contre pouvoirs, les conditions dans lesquelles ils perdent perte le pouvoir est généralement peu enviable !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.