Wilfrid SAMMUT
Praticien hospitalier et délégué de l'AMUF
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2022

Wilfrid SAMMUT
Praticien hospitalier et délégué de l'AMUF
Abonné·e de Mediapart

« Le soin est un Humanisme », lettre ouverte à François Braun

Quand nous nous sommes vus en septembre dans ton bureau fastueux de l’avenue de Ségur, j’étais convaincu que tu « pèserais » de tout ton poids dans les discussions sur le PLFSS. Aujourd’hui je régule au SAMU des Yvelines, et pour la première fois de ma « carrière », et sous ta mandature, les urgences Pédiatriques de Poissy ferment mais l’accès est « régulé » par le 15.

Wilfrid SAMMUT
Praticien hospitalier et délégué de l'AMUF
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

François,

Quand nous nous sommes vus en septembre dans ton bureau fastueux de l’avenue de Ségur, j’étais convaincu que tu « pèserais » de tout ton poids dans les discussions sur le PLFSS. Ton passé de syndicaliste toujours acharné à défendre l’Hôpital public devait jouer en notre faveur face à Bercy…

Les nombreux articles de presse de cet été ont jeté une lumière crue sur le SAS. Le nombre d’appels a battu des records dans les centres 15 concernés (plus de 2000 par jour, plus de 1000 dossiers de régulation médicale dans les Yvelines en période de pics) mais l’impact sur les services d’urgences n'est pas suffisant.

Cela fait des mois que le problème principal identifié est le nombre de lits d’aval, surtout en gériatrie. Les durées de séjour dans les services d’urgence ont aussi battu des records pour les personnes âgées de plus de 75 ans : parfois plus de 72 heures pour passer d’un brancard à un lit aux urgences.

Mais la communication de ton Ministère à la rentrée était formelle : « nous avons tenu ».

D’ailleurs nous pouvons nous interroger sur le sens de ce « nous ». « Ils ont tenu » serait plus adapté, depuis le temps que « nous » nous sentons abandonnés par notre tutelle.

Et puis l’actualité de la rentrée a remisé aux « pages intérieures » les sujets Santé. Quelle déception pour nous autres, piétaille du Service public, quand nous avons compris que le principal élément de ta politique à venir, contenue dans ce fameux PLFSS, était un plan de Santé Publique reposant sur nos confrères généralistes. Déjà débordés par leur activité quotidienne, ils ne remplissent plus le rôle de médecin traitant que pour une partie restreinte de la population, le reste étant renvoyé à des cabines de téléconsultation à l’efficacité discutable.

D’ailleurs une charmante Professeur de Santé Publique était d’accord sur France Culture pour conclure que les consultations de prévention imposées n’avaient pas d’impact majeur sur la Santé des Français : le peu de privilégiés qui ont encore accès aux soins en bénéficieront, la grande majorité des autres sera toujours à l’écart de notre système. Mais en termes d’annonce pour les Français, « ça le fait ».

Aujourd’hui je régule au SAMU des Yvelines, et pour la première fois de ma « carrière », et sous ta mandature, les urgences Pédiatriques de Poissy ferment mais l’accès est « régulé » par le 15.

L’honneur est sauf. Le Ministère a horreur du vide. Soyons honnêtes, cela revient à renvoyer la majorité de nos jeunes patients à leur solitude de malade et leurs parents à leur anxiété de parents. Les personnes âgées, nous avions l’habitude. Tout est fait aujourd’hui pour les laisser à domicile, et quand nous n’avons plus le choix, nous les orientons aux urgences. La maltraitance (ce terme qui est désormais banalisé) remplace désormais les « soins » aux patients. Ce sont donc nos enfants, aujourd’hui, que nous délaissons.

Pourtant les indicateurs simples, ceux qui n’ont pas besoin de « boîtes de consultants » pour être exploités nous alarmaient depuis des années. Des heures de régulation pour trouver un orthopédiste pour prendre en charge une fracture chez l’enfant ! HPST est passé par là : les établissements de soins continuent de privilégier les actes à forte valeur ajouté au détriment de l’activité quotidienne et de la Santé publique, moins valorisée.

Les mois que j’ai passé en CCI m’ont appris l’effet pervers des « procédures » implacables : un établissement peut encore être « accrédité » tout en autorisant « la maltraitance » dans son service d’urgence … Bienvenu en Absurdie. Mais nous ne sommes plus à une absurdité près.

Notre Président communique sur l’engagement d’une réflexion sur « l’Euthanasie ». Est-ce bien raisonnable alors que notre système de soins palliatifs est dépassé et n’arrive pas à faire face aux demandes d’accompagnement de patients en échappement thérapeutique. Les SAMU font face également dans ces situations insupportables pour les familles où les fins de vie ne sont ni anticipées, ni accompagnées

« Le soin est un Humanisme » : ce n’est moi qui le dis, c’est Mme Cynthia Fleury, titulaire de la chaire de philosophie à l’Hôpital St Anne. Tant que nos Universités n’auront pas les moyens d’accueillir et de former plus d’étudiants en Soins, nous ne pourrons pas faire face aux déserts médicaux et au vieillissement de la population.

La supposée suppression du numérus clausus dont se vante ton patron ne dupe personne surtout pas les étudiants de PASS.

Après avoir subi les filtres de Parcoursup puis d’un concours qui relève de l’improvisation dans certaines facultés, les futurs « docteurs » n’aspirent qu’à une chose : « rentabiliser » leur effort… Cela pourrait être une ambition digne du syndicaliste devenu Ministre de transformer tout ça.

Allez François, courage ! Pour tes Confrères qui continuent à y croire, malgré eux, malgré toi !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI